26
janvier
2015

En plus des affaires délibérantes, le conseil d’administration de la Fédération qui s’est tenu le 21 janvier dernier a été le lieu d’échanges constructifs.  De nombreux sujets traitant notamment de la vie démocratique, des plans d’action 2014-2015 , des finances de la Fédération ainsi le dossier de l’oléoduc de TransCanada Énergie Est ont animé les débats.

TransCanada PipeLines

Madame Isabelle Bouffard, agroéconomiste à l’Union des producteurs agricoles, est venue entretenir les administrateurs sur les derniers développements du projet Énergie Est de TransCanada PipeLines. Sa présentation faisait d’abord un bref rappel du projet. En voici un aperçu :

Le projet Énergie Est consiste en la construction d’un nouveau pipeline de Cornwall à Saint-Jean (N.B.) de 42 pouces qui touchera environ 1 900 propriétaires terriens au Québec dont plusieurs producteurs agricoles en Mauricie. Le projet est présentement sous l’égide de l’Office national de l’énergie (ONÉ) qui devra prendre une décision sur la viabilité du projet.

TransCanada PipeLines a présenté son projet à l’UPA au printemps 2013 et, suite aux demandes de l’Union, a accepté d’organiser des rencontres avec les propriétaires avant de faire un inventaire terrain. Suite à ces activités de consultation, le dépôt du projet a été effectué le 30 octobre dernier à l’ONÉ pour le début des audiences prévues en 2015. Le dépôt du projet sera également fait aux autres autorités réglementaires concernées en 2015. Quand l’ONÉ jugera le dossier complet, elle a 15 mois pour rendre une décision. La projection du début de la construction du pipeline est donc pour 2017. La compagnie souhaite une mise en service en 2018.

La première action de l’UPA dans ce dossier a été d’apporter des modifications à la convention Entente pour les rencontres préliminaires et les relevés techniques permettait à TransCanada d’entrer sur les terrains des propriétaires avant les consultations. Suite à plusieurs rencontres (7) avec les fédérations régionales impliquées et sur les recommandations de celles-ci, elle a initié des travaux pour une entente-cadre. Cette entente, toujours en développement, touchera quatre grands aspects : les mesures d’atténuation des impacts, un guide de gestion de l’emprise, les compensations et les documents juridiques. Les principaux points de négociation avec la compagnie impliquent la profondeur d’enfouissement de la conduite, les travaux permis dans l’emprise sans autorisations, les paiements périodiques, les clauses touchant la cessation du pipeline en cas d’abandon et la responsabilité de TransCanada advenant une incapacité à faire face à ses obligations en cas de sinistre environnemental notamment.

Bref, l’UPA est au cœur du dossier. En plus de cumuler les rencontres techniques (19), politiques (5) et de négociation (7), l’Union entend s’inscrire comme intervenant aux audiences de l’ONÉ qui auront lieu en février et mars prochain.Elle entend également développer ses interventions avec ses affiliés et utiliser d’autres canaux réglementaires, dont le Bureau des audiences publiques en environnement (BAPE) et la Commission de la protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ).

Plans d’action 2014 et 2015

Cette rencontre a été l’occasion de présenter les faits saillants des actions accomplies par la Fédération de l’UPA de la Mauricie. Le plan d’action 2015 a également été présenté aux administrateurs sous une formule revampée. Une année bien remplie s’annonce.

Vie démocratique

Les administrateurs se sont penchés sur les objectifs à atteindre pour la campagne À la rencontre des producteurs initiée par la Confédération. Les syndicats locaux ont l’ambition de rencontrer 80 % des producteurs de leur territoire d’ici la fin de l’année 2015. Rappelons que cet exercice vise la mise à jour de tous les formulaires d’adhésion des producteurs agricoles au Québec sur une période de deux ans. Les syndicats locaux de la Mauricie remettent l’épaule à la roue et sont optimistes d’atteindre ce résultat.

Cette rencontre a également été le lieu pour établir les agendas des assemblées générales annuelles des affiliés de la Fédération et celle de la Fédération qui aura lieu le 22 mars prochain à l’hippodrome de Trois-Rivières sous une formule brunch.

Les administrateurs ont également profité de cette rencontre pour commenter le dernier Congrès général de l’Union qui avait lieu à Québec en décembre dernier. Des points d’amélioration seront soumis à la Confédération notamment en ce qui a trait à la logistique de l’événement.

Communications

Déjà la prospection des fermes hôtes pour la tenue des Portes ouvertes sur les fermes de la Mauricie. Cette populaire activité aura lieu le 13 septembre prochain. Un maximum de huit fermes hôtes pourra se joindre à la programmation 2015.

Une présentation de la nouvelle image de marque de l’Union a été faite aux administrateurs. Cette présentation avait pour but d’expliquer la manière dont sera arrimée cette nouvelle image à celle maintenant bien connue de la Fédération l’UPA Mauricie c’est moi! Des pourparlers sont en cours avec la Confédération pour que l’unicité de leur image de marque soit respectée tout en gardant notre identité propre. Cette harmonisation se fera jusqu’en 2016 où l’image harmonisée sera en vigueur. Développement à suivre.

À lire également:

Nouvelle gouvernance municipale en matière de développement local et région... Le 19 mars dernier, Carole Audet et David Godin, respectivement directrice régionale et conseiller au ministère des Affaires municipales et Occupation...







L'up@ricie Web