21
mars
2019

iStock_000017996531XSmall

Vous avez besoin de main-d’œuvre sur votre ferme, car vous venez de perdre un employé ou vous êtes tout simplement débordé? Vous en avez assez de chercher à droite et à gauche, de perdre votre temps à essayer des employés qui ne conviennent pas à vos besoins ou qui ne restent pas?  Le bouche-à-oreille ne fonctionne plus et vous n’avez pas de temps pour afficher votre poste?

Plusieurs seront pris d’un moment de panique « Comment je vais arriver à faire fonctionner ma ferme seul ? » C’est à cet instant que les Centres d’emploi agricole entrent en scène pour vous conseiller dans votre recherche d’employés.

Tout d’abord, aviez-vous pensé utiliser nos services de recrutement pour de la main-d’œuvre locale? On se charge de rédiger un affichage de poste attrayant, de publier ce dernier sur des plates-formes stratégiques et on se charge d’effectuer un premier contact avec les candidats. Par la suite, les candidatures potentielles passeront une entrevue avec la conseillère en recrutement. Notre ressource sera en mesure de préparer la personne à l’emploi agricole et aussitôt de vous présenter la candidature potentielle.

Vous avez déjà tenté diverses avenues locales, mais sans succès, et les travailleurs étrangers temporaires vous intéressent particulièrement? Nous pourrons vous conseiller en ce sens et préparer une demande selon vos réels besoins.

De plus, nous nous assurerons de vous garder à l’affût des stratégies de formations de main-d’œuvre et d’intégrations dans les milieux de travail offerts en Mauricie. Il y a, en effet, différents programmes qui vous permettent de former vos employés tout en retirant des avantages fiscaux.

Avant de mettre la clé dans la porte, il y a des solutions à considérer. Contactez-nous!


11
mars
2019

Notre métier commande un grand sens de l’adaptation et un immense don de soi. Un récent sondage mené auprès d’agriculteurs identifiait le stress comme principale source de nuisance. Pourtant, la santé psychologique est un sujet délicat à aborder. Quand on est fier, indépendant et débrouillard, ce n’est pas toujours évident de prendre du temps pour soi…

À ce titre, l’UPA Mauricie organise, le mercredi 3 avril, la journée Bien-être et équilibre à l’Auberge du Lac Saint-Pierre, de 9 h 30 à 15 h. Plusieurs conférenciers de succéderont pour traiter notamment l’organisation du travail en entreprise, la gestion des ressources humaines, les troubles musculosquelettiques et la gestion du stress. Vous en sortirez assurément moins stressé et mieux outillé pour faire face aux nombreux défis de notre métier!

Le coût est de seulement 35 $ par participant, incluant le dîner gastronomique. À ne pas manquer!

Attention, les places sont très limitées. Vous devez obligatoirement vous inscrire en ligne ou par téléphone (819 378-4033 poste 244) avant le 31 mars pour participer.


23
novembre
2018

En 2015, le gouvernement du Canada a publié le Règlement sur les produits dangereux et modifié la Loi sur les produits dangereux, ce qui a entraîné des modifications importantes au Système d’information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT 1988) touchant principalement les critères de classification et les exigences relatives aux étiquettes et aux fiches signalétiques, maintenant appelées « fiches de données de sécurité (FDS) ». Cette nouvelle version est appelée « SIMDUT 2015 ». Une période de transition, échelonnée de février 2015 au 30 novembre 2018, a été prévue pour migrer vers le SIMDUT 2015. Cette période de transition tire à sa fin.

Depuis le 1er septembre 2018, tous les produits dangereux vendus ou importés par les fournisseurs (fabricants, importateurs, distributeurs ainsi que les employeurs pour leur propre usage) doivent être conformes aux exigences du SIMDUT 2015. Parmi les exigences, notons que :

  • tous les produits dangereux présents dans les milieux de travail devront être pourvus d’une étiquette et d’une fiche de données de sécurité conformes aux dispositions du SIMDUT 2015. Si celles-ci ne lui sont pas transmises par le fournisseur, l’employeur devra préparer une étiquette et une fiche de données de sécurité du lieu de travail;
  • l’employeur devra avoir révisé son programme de formation et d’information concernant les produits dangereux;
  • l’employeur aura terminé la formation relative au SIMDUT 2015 pour tous les travailleurs exposés aux produits dangereux ou susceptibles de l’être.

Pour s’y conformer, il y a l’option de formation en ligne à prix très abordable, offert par le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail.

Il y a aussi des associations sectorielles paritaires qui offrent des formations publiques accessibles parfois en région, notamment Multiprévention, l’Association sectorielle fabrication d’équipement de transport et de machines et  l’Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail, secteur « affaires municipales »

Nous vous remercions de votre collaboration pour plus de détails n’hésitez pas à me joindre par courriel ou au 819 378-4033 poste 230.


23
mai
2017

La Déclaration de l’employeur en matière d’équité salariale (DEMES) est un formulaire à remplir obligatoirement pour tous les employeurs ayant déclaré avoir 11 employés et plus au Registraire des entreprises du Québec. Vous devez faire état annuellement de l’état d’avancement des politiques en matière d’équité salariale dans votre. entreprise

La DEMES est une obligation légale et quiconque omet de la produire commet une infraction et est passible d’une amende pouvant aller de 1 000 $ à 45 000 $ en vertu de la loi. Attention, l’obligation de produire la DEMES est distincte de celles de réaliser un exercice d’équité salariale et d’évaluer le maintien.

Comment comprendre et produire la DEMES? En visitant le site web au www.demes.gouv.qc.ca.

Pour toute question relative à vos obligations en matière d’équité salariale, n’hésitez pas à visiter le site Web de la CNESST ou de communiquer avec eux par téléphone au 1 844 838-0808, option 4.


11
mai
2017

Journée-du-Stage-Ingénieur-et-étudiant-d'un-jourFrédéric est un jeune finissant de l’École secondaire des Pionniers, qui s’intéresse à l’agriculture depuis son enfance. Malgré sa passion, il envisage plutôt de poursuivre ses études dans le domaine de l’ingénierie. À l’heure où il doit faire des choix concernant sa future carrière, il a découvert le métier d’ingénieur agricole. « J’ai une ferme chez moi, donc j’aime beaucoup travailler et passer du temps avec les animaux. J’aimerais bien leur rendre la vie plus facile, plus belle et plus simple et c’est pourquoi je suis intéressé par ce métier », mentionne-t-il. Mais comment s’assurer que ce travail lui convient?

Notre jeune finissant a pu confirmer son choix en participant à une journée de stage en entreprise en collaboration avec l’organisme Jeunes explorateurs d’un jour. Le Centre d’emploi agricole a été mandaté par cette organisation afin de créer un maillage entre le futur ingénieur et une entreprise du territoire. L’entreprise Les Consultants Mario Cossette inc. (MCi) a répondu rapidement à l’appel du CEA et à la demande d’accueillir un jeune stagiaire dans le cadre de cette activité exploratoire.

Ainsi, le 20 avril dernier, Éric Baril, ingénieur agricole au sein de cette firme, a donné rendez-vous à Frédéric afin de lui permettre de découvrir ce métier sur le terrain. Ce dernier était très satisfait de sa journée, qui aura permis de consolider son orientation professionnelle. Il est fort à parier qu’il s’inscrira prochainement dans ce domaine d’études!


3
mai
2017

232

L’UPA Mauricie, en collaboration avec le Syndicat de l’UPA de Maskinongé, offrira le 2 juin prochain un atelier Sécurijour aux enfants de l’école des Boisés à Saint-Alexis-des-Monts. Tout au long de cette journée, les enfants de la maternelle à la sixième année participeront à différents ateliers thématiques liés à la prévention en milieu agricole et dans la vie de tous les jours.

Mis sur pied en 1995 par la Progressive Agriculture Foundation, près d’une dizaine de Sécurijour se sont tenus en Mauricie depuis la première activité du genre à Yamachiche en 2007. Au niveau national, plus d’un million et demi d’enfants ont été sensibilisés grâce à cette initiative.








L'up@ricie Web