29
mai
2018

NouvellesExigences

Le Gouvernement du Québec a récemment revu son Code de gestion des pesticides et le Règlement sur les permis et les certificats pour la vente et l’utilisation des pesticides. Certaines dispositions sont entrées en vigueur le 8 mars dernier, et d’autres seront à venir en septembre 2018 et avril 2019. À titre de producteur, c’est votre responsabilité de connaître les modifications à la réglementation. En voici les grandes lignes. Lire la suite


13
avril
2018

Gala2018

Le Gala des Gens de Terre & Saveurs a consacré, le 12 avril dernier, 22 lauréats dans dix catégories lors de la cinquième édition de l’événement. Plus de 200 acteurs des milieux agricoles et agroalimentaires et de nombreux dignitaires se sont donné rendez-vous pour célébrer la contribution des entreprises et des artisans de la Mauricie.

« Le temps est maintenant venu de reconnaître le plein potentiel de notre agriculture qui, en amont d’une chaîne lucrative d’entreprises de transformation, de distributeurs, de détaillants et d’artistes culinaires, met en scène nos produits de la terre », s’est exclamé Jean-Marie Giguère, président de la Fédération de l’UPA Mauricie, organisateur de cette soirée de reconnaissance.

» Voir les capsules vidéo des entreprises [YouTube]

Gala des Gens de Terre & Saveurs 2018
Lire la suite


21
mars
2018

Dans une formule conviviale et familiale, le traditionnel brunch de l’assemblée générale annuelle 2018 de l’UPA Mauricie s’est tenu le dimanche 18 mars au club de golf Métabéroutin à Trois-Rivières. L’événement a attiré une centaine de producteurs agricoles venus prendre part à cet important moment de la vie démocratique de leur Union.

Jean-Marie Giguère reconduit à la présidence

Au cours de l’assemblée générale, M. Jean-Marie Giguère a été reconduit à la présidence de l’UPA Mauricie pour un troisième mandat consécutif. Il sera assisté de M. René Perreault qui a également été réélu à titre de vice-président.

Dans son discours d’acceptation à la présidence, M. Giguère a rappelé les différents dossiers qui peinent à trouver un dénouement avec le gouvernement actuel, dont celui de la taxation foncière agricole, la gouvernance de proximité et les programmes de sécurité du revenu. Il compte porter la voix des producteurs agricoles mauriciens durant les quelques mois menant aux élections générales provinciales en octobre prochain. Il souhaite rappeler aux élus l’importance de l’agriculture pour le développement économique des régions.

« Autant d’enjeux cruciaux qui pourront affecter la compétitivité de nos entreprises. J’en ferai mon cheval de bataille pour les prochains mois. L’agriculture se doit de jouir des mêmes avantages que les autres secteurs de développement économique », a mentionné M. Giguère.

Une nouvelle qui tombe à point

L’assemblée générale avait lieu quelques heures suivant l’annonce d’un investissement de 2,6 M$ pour la mise en place d’un pôle d’expertise pour assurer une agriculture durable dans le littoral du lac Saint-Pierre. Une nouvelle très bien accueillie par M. Paul Doyon, deuxième vice-président général de l’Union des producteurs agricoles, de passage en Mauricie. Un sentiment partagé par son collègue, M. Martin Caron, premier vice-président général et producteur de Louiseville. « Les producteurs ont toujours voulu faire partie de la solution, et nous avons enfin été entendus », s’est-il réjoui.

M. Doyon a également posé un regard sur la dernière année mouvementée dans le monde agricole lors de son allocution aux producteurs. Il est confiant que l’organisation pourra en arriver à un consensus dans les différents dossiers, mais déplore que le gouvernement se serve des élections comme monnaie d’échange dans ces enjeux. « Il retarde délibérément la mise en place de politiques en suggérant de les appliquer uniquement « s’il est réélu » », se désole le deuxième vice-président.

Desjardins et Agriconseils soutiennent les producteurs de la région

Afin de favoriser le développement de l’agriculture, des prix totalisant 1 500 $ destinés aux entreprises et à la relève agricole ont été remis lors de cet événement. La bourse Desjardins d’un montant de 500 $ a été remise à M. Jean-Félix Morin-Nolet. Le Réseau Agriconseils Mauricie a également octroyé deux bourses de 250 $ en services-conseils. Les récipiendaires sont Mme Rolande Marcouiller et M. Michel Pichette.

Enfin, la Fédération de l’UPA Mauricie a offert deux bourses d’une valeur de 250 $ en services. MM. Jacques Gauthier et Yvon Lamy en sont les gagnants.


18
décembre
2017

Dons2017

Fidèles à la tradition instaurée il y a six ans, les producteurs agricoles de la Mauricie s’unissent à nouveau à l’approche des Fêtes en remettant plus de trois tonnes et demie de denrées aux plus démunis de notre région.

Dons2017-2Les Éleveurs de porcs de la Mauricie, les Producteurs de lait de la Mauricie, les Producteurs de bovins de la Mauricie, le Syndicat des producteurs acéricoles de la Mauricie ainsi que la Fédération de l’UPA de la Mauricie ont participé, le 15 décembre dernier, au partage de denrées alimentaires une dizaine d’organismes bénéficiaires. Les dons, sous forme de volaille, de sirop d’érable, de viande de bœuf et de porc, de lait et de pommes de terre totalisent près de 7 000 $. À ce montant s’ajoute une aide des Éleveurs de volailles de la Mauricie–Centre-du-Québec de 2 000 $ remis plus tôt en octobre dernier.

En six ans, la valeur des dons remis à cette occasion s’élève à 34 000 $.  Le président de l’UPA Mauricie, Jean-Marie Giguère, s’est montré très fier de cette contribution : « La solidarité, l’équité et la justice sociale sont les valeurs sur lesquelles se fonde notre organisation. Nous jouons un rôle essentiel dans le soutien de nos communautés, et nous croyons important de remettre à notre tour aux gens qui sont dans le besoin. C’est ce qui anime notre volonté de poursuivre cette tradition. »


7
décembre
2017

L’article suivant a paru dans le bulletin d’information de nos collègues de l’UPA Estrie, Solidarité agricole de novembre dernier. L’auteure, Julie Fontaine, est une productrice maraîchère et apicole de la municipalité de Saint-Georges-de-Windsor.

Dans la semaine du 9 octobre, une nouvelle tuile tombait sur les apiculteurs : notre miel est contaminé par les néonicotinoïdes dans une proportion pouvant aller jusqu’à 85 %.

Chaque année, malgré une gestion des ruchers très serrée pour le contrôle des acariens et autres petits troubles propres à nos abeilles, mes collègues apiculteurs et moi devons faire face à une mortalité qui oscille entre 30 % et 50 % peut-être même plus. Cette mortalité tout à fait exagérée est directement reliée à l’utilisation des pesticides en milieu agricole. Je ne vous apprends rien de nouveau, j’en suis certaine, mais ce dont je veux vous faire part c’est ma perception en tant qu’agricultrice membre de l’UPA. Lire la suite


23
octobre
2017

IMG_3712

Mercredi dernier, une cinquantaine de producteurs agricoles et de délégués de la Fédération de l’UPA de la Mauricie se sont réunis dans le cadre de leur congrès régional annuel, qui se déroulait à Trois-Rivières.

L’ALENA sur toutes les lèvres

À cette occasion, le président général de L’Union des producteurs agricoles, M. Marcel Groleau, a fait état des importants dossiers, dont l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA). Il s’est dit rassuré par les propos des ministres canadiens de l’Agriculture et du Commerce international, qui s’opposent fermement au démantèlement de ce système.

« Le Canada négocie sur deux fronts : celui des demandes légitimes, avec les représentants des gouvernements respectifs; et celui des demandes déraisonnables et farfelues du président Trump, concernant entre autres l’abolition de la gestion de l’offre », a mentionné M. Groleau.

Il est également revenu sur la réforme abandonnée du Programme de crédit de taxes foncières agricoles, soulignant toutefois que les producteurs subissent une augmentation constante du fardeau fiscal. « En début d’année, le gouvernement du Québec a pris une bonne décision en abandonnant sa réforme. Il faut maintenant se remettre au travail et trouver des solutions à long terme ».

Des enjeux régionaux au cœur des discussions

Les producteurs mauriciens sont particulièrement préoccupés par le retrait éventuel de plus de 8 000 hectares en cultures dans le littoral du lac Saint-Pierre par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques. Cultivant ces superficies depuis plusieurs générations, les producteurs ont réclamé à l’unanimité le maintien des activités agricoles. « Les producteurs ont toujours démontré la volonté et l’ouverture nécessaires à la protection du lac Saint-Pierre. Nous voulons faire partie de la solution! », s’est exprimé Jean-Marie Giguère, président de la FUPAM.

Il a aussi été question des distances séparatrices aux abords du périmètre urbain, ainsi que du délai de prescription des droits acquis, qui limitent le développement des fermes du territoire.

Finalement, les congressistes ont dénoncé La Financière agricole du Québec, décriée pour sa lenteur administrative et son manque d’audace dans plusieurs projets d’investissement. Ils souhaitent ainsi faire pression sur l’organisation afin qu’elle joue pleinement son rôle dans l’appui des activités agricoles. « La croissance de la demande alimentaire offre des opportunités de développement pour l’agriculture du Québec. Investir en agriculture est très rentable. Les gouvernements québécois et canadiens doivent en faire une priorité », a martelé M. Giguère.








L'up@ricie Web