23
février
2018

Application de pesticides

Les modifications réglementaires touchant le Code de gestion des pesticides et le Règlement sur les permis et les certificats pour la vente et l’utilisation des pesticides sont désormais effectives et viennent d’être publiées dans la Gazette officielle du Québec en date du 21 février 2018. Deux mesures seront effectives en 2018 et toucheront l’usage de l’atrazine et des semences enrobées aux néonicotinoïdes. En effet, l’utilisation de ces produits nécessitera entre autres une justification agronomique et une prescription pour l’achat.

L’herbicide atrazine sera le premier à être touché par cette réglementation, dès le 8 mars 2018. En ce qui concerne les semences enrobées avec des insecticides de la classe des néonicotinoïdes, ces mesures entreront en vigueur à partir du 8 septembre 2018. L’exigence de permis et certificat pour la classe 3A des pesticides n’est requise qu’à partir du 8 septembre 2018. C’est-à-dire, l’achat et/ou la mise en terre de semences enrobées aux néonicotinoïdes ne nécessitent pas de permis ou certificat pour les semis du printemps prochain.

Finalement, au printemps 2019, toutes les dispositions réglementaires seront effectives. Il est toutefois à noter que le producteur n’est pas dans l’obligation de faire appel aux services d’un agronome pour l’utilisation ou l’achat d’autres types ou familles de pesticides.

À titre indicatif, les herbicides sous les noms : AATrex, Converge, Marksman, Frontier Max Plus, etc. contiennent de l’atrazine. Ces produits seront donc assujettis aux exigences réglementaires dans deux semaines.


10
janvier
2018

Fiers du succès de la première édition du concours Responsables par nature, les Éleveurs de porcs du Québec souhaitent vous inviter à poser votre candidature à l’édition 2018. Annoncé le 10 novembre dernier lors de l’assemblée générale semi-annuelle, ce concours s’inscrit dans la démarche de développement durable entreprise par les éleveurs de porcs du Québec.

L’objectif est de récompenser les éleveurs pour l’adoption des meilleures pratiques de production. Il s’agit également d’informer le public, les consommateurs et les décideurs politiques sur les méthodes de production mises en œuvre par les éleveurs de porcs, de favoriser l’acceptabilité sociale du secteur et de positionner le porc du Québec avantageusement. Lire la suite


13
octobre
2017

IMG_3998

Plus d’une centaine de producteurs agricoles des régions du Centre-du-Québec, de Lanaudière, de la Mauricie et de la Montérégie ont participé, en compagnie d’intervenants des milieux municipal, scientifique et gouvernemental (faune, environnement et agriculture), à une rencontre de consultation permettant d’identifier des moyens d’action pour assurer une cohabitation durable entre l’agriculture et la faune au lac Saint-Pierre.

« L’agriculture et la faune coexistent au lac Saint-Pierre depuis des siècles. Ces activités agricoles doivent continuer de coexister, d’autant plus qu’elles sont source d’emplois, d’activités économiques et d’occupation du territoire », a déclaré le deuxième vice-président de l’Union des producteurs agricoles, Martin Caron.

Le lac Saint-Pierre est toutefois caractérisé par une vaste plaine d’inondation. Au fil des années, il a été soumis à plusieurs stress qui ont perturbé l’écosystème. Il s’agit d’un problème complexe dont les causes sont multiples : détérioration de la qualité de l’eau par les activités industrielles, municipales et agricoles; modification du système hydrologique avec l’élargissement de la voie maritime, etc.

La rencontre d’aujourd’hui s’appuie sur une coopération respectueuse entre tous les intervenants concernés, tel que privilégié par la Table de concertation régionale du lac Saint-Pierre. La démarche actuelle est donc caractérisée à la fois par l’étude des problématiques et la recherche de solutions, dans une approche qui tient compte des facteurs sociaux, économiques et environnementaux.

« Ces dernières années, la plupart des recherches au lac Saint-Pierre se sont limitées aux problématiques et aux facteurs de stress sur l’écosystème. Trop peu d’efforts ont été consentis à la recherche de solutions acceptables pour tous les intervenants concernés. Les producteurs veulent faire partie de la solution », a complété M. Caron, précisant que les intervenants agricoles souhaitent une meilleure écoute ainsi qu’un plus grand recours à leur expertise.

Pour les producteurs et comme le souhaitent les instances gouvernementales concernées, il est impératif d’adopter un  plan d’action qui émane de tous les intervenants du milieu, incluant le monde agricole (laboratoire vivant). Dans ce cadre, le plan d’action discuté aujourd’hui, tout comme les solutions proposées, devront nécessairement favoriser l’adhésion des producteurs qui, depuis toujours, savent s’adapter et font preuve d’une résilience exceptionnelle.


5
octobre
2017

Dollarphotoclub_84064084

La Fédération de l’UPA de la Mauricie et la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie s’associent une fois de plus cette année dans la campagne de récupération des feuilles à la ferme.

Durant cette campagne qui débute en octobre, les citoyens sont invités à apporter leurs feuilles d’automne à une entreprise agricole près de chez eux. L’édition 2017 peut compter sur la participation de 21 entreprises agricoles réparties sur le territoire des MRC des Chenaux, de Maskinongé, de Mékinac, des villes de Trois-Rivières et de La Tuque.

» Consultez la liste des fermes participantes

Les feuilles mortes et résidus de gazon seront utilisées comme matière fertilisante sur les terres agricoles. Les autres résidus tels que les branches, les souches, les troncs d’arbres, déchets et autres résidus non organiques sont catégoriquement refusés puisqu’ils ne sont pas compostables ou peuvent carrément nuire aux activités régulières des entreprises agricoles. Rappelons également qu’à la ferme, nous vous demandons de vider vos sacs à l’endroit désigné qui sera indiqué par un panneau. Il est suggéré d’apporter les feuilles et le gazon dans des sacs de papier qui sont facilement compostables. Lorsque des sacs de plastique sont utilisés, vous devrez en vider le contenu préalablement.

Avantages environnemental et agronomique

Sur le plan agronomique, les feuilles d’automne et le gazon sont des résidus facilement valorisables, une excellente source de carbone et une matière très appréciée par les entreprises agricoles. L’exploitation de ces matières améliore la santé des sols par leur apport d’humus. De plus, cette campagne de valorisation consolide les liens entre les agriculteurs et les citoyens en permettant une meilleure compréhension des activités agricoles.

En tant qu’entreprise agricole, si vous désirez recevoir des feuilles d’automne sur votre exploitation ou obtenir plus d’informations à ce sujet, communiquez avec Hugues Désilets au 819-378-4033 poste 249.


20
septembre
2017

Agrirecup2017-2pages_Final-2

Du 19 septembre au 5 octobre, les producteurs agricoles du Québec peuvent se départir de façon sécuritaire et responsable des pesticides et des médicaments pour animaux de ferme (chevaux inclus) qui sont périmés ou n’ont plus d’utilité.

AgriRÉCUP, une organisation sans but lucratif instaurée par l’industrie pour gérer les déchets agricoles met sur pied, en partenariat avec l’Union des producteurs agricoles, une collecte de ces produits pour éviter que ceux-ci ne s’accumulent dans les entreprises, ou pire encore, dans l’environnement. Il s’agit d’un programme sans frais, offert sur une base volontaire, dans 24 sites de collecte répartis dans les différentes régions du Québec.

Les produits acceptés sont :

  • Les pesticides agricoles, homologués, périmés et non utilisés.
  • Les médicaments (antibiotiques, bouteilles de vaccins, etc.), les désinfectants et pesticides pour animaux de ferme.

Les produits acceptés portent une étiquette, un numéro de produit antiparasitaire, ou une identification numérique de drogue (DIN).

Dans la région (ou les alentours), vous pouvez déposer vos contenants aux endroits et dates suivants:

  • 20 septembre : Agro-100 (Joliette)
  • 24 septembre : Agrocentre Vinisol (Nicolet)
  • 28 septembre : La Coop Univert (Saint-Casimir)
  • 3 octobre : Frigon (Louiseville)

Depuis la mise en place du programme en 1998, ces derniers ont rapporté plus de 255 000 kilogrammes de pesticides périmés. Durant la dernière collecte en 2014, 77 000 kilogrammes ont abouti aux sites de collecte. Après la collecte, les pesticides et les médicaments sont acheminés vers un centre autorisé de gestion des déchets où ils sont détruits par incinération à haute température.

Le programme de collecte des pesticides et médicaments périmés (bétail et équin) se tient dans chaque province tous les trois ans. Entre les collectes, les producteurs agricoles sont invités à entreposer ces produits, périmés ou inutiles, de façon sécuritaire jusqu’à ce qu’ils puissent s’en débarrasser adéquatement par le biais du programme.


8
septembre
2017

Une fois de plus, l’UPA Mauricie est fière de participer au projet de récupération des plastiques de fermes. En plus de protéger l’environnement, vous permettez de donner une deuxième vie à ces matériaux.

Comment participer?

Pour récupérer les plastiques, vous devez en premier lieu vous procurer des sacs spéciaux troués, vendus notamment à La Coop. Ceux-ci vous permettront de récupérer environ 23 kg de matière, soit une trentaine de balles rondes individuelles. Tous les plastiques blancs (des deux côtés) doivent être raisonnablement propres.

Lorsque le sac est plein, il doit être mis en bordure de la voie, et sera ramassé en même temps que la collecte régulière des autres matières recyclables.

Les producteurs désirant obtenir davantage d’informations au sujet du projet de récupération peuvent contacter M. Hugues Désilets au 819 378-4033 poste 249 ou par courriel.

Merci de contribuer à la protection de l’environnement à votre façon!








L'up@ricie Web