8
août
2017

Le 1er août, le gouvernement fédéral annonçait le lancement du Programme d’investissement pour fermes laitières (PIFL). L’objectif est de permettre aux producteurs d’améliorer la productivité laitière à l’aide de nouveaux équipements suite aux conséquences prévues de l’Accord économique et commercial global. En voici un résumé :

  • Programme d’une durée de 5 ans se terminant au 31 mars 2022;
  • Enveloppe budgétaire de 250 millions de dollars à l’échelle canadienne;
  • Aide financière maximale de 250 000$/ferme;
  • Remboursement des investissements à 50% versé à la fin des réalisations;
  • Plusieurs demandes possibles jusqu’à l’atteinte du maximum;
  • Programme rétroactif jusqu’au 10 novembre 2016.

Types d’investissements :

  • Majeur (Aide financière à 50% pour un maximum de 250 000$)
    • Une seule pièce d’équipement ou un nouveau système améliorant l’efficacité et la productivité dont le coût d’achat et l’installation dépassent 120 000$.
  • Mineur (Aide financière à 50 % pour un maximum de 60 000$)
    • Tout investissement qui n’est pas considéré comme majeur et qui figure à l’annexe A du guide du programme.

Voir les annexes A et B du programme pour les investissements admissibles. L’achat d’équipement usagé, les nouvelles constructions et les agrandissements, les silos, l’acquisition de terre, d’animaux et de quota ne sont pas admissibles.

Pour être admissible, les critères sont les suivants :

  • Être un producteur canadien de lait de vache reconnu;
  • Respecter les normes environnementales en vigueur;
  • Remplir et signer le formulaire de demande;
  • Fournir la documentation nécessaire;
    • Soumission, contrat, devis, etc.;
    • Certificat de constitution de l’entreprise;
    • Preuve de financement;
    • Preuve d’achat (pour demande rétroactive) ;
  • Démontrer la capacité de réalisation du projet tant au niveau technique, financier, qu’organisationnel.

N’hésitez pas à contacter le personnel du SCF Mauricie pour vous accompagner dans vos demandes.

Pour plus d’information, visitez le site d’Agriculture et Agroalimentaire Canada : http://www.agr.gc.ca/fra/programmes-et-services/liste-des-programmes-et-services/programme-d-investissement-pour-fermes-laitieres/?id=1491935919994


24
juillet
2017

PierreLampron

Le producteur de lait biologique de Saint-Boniface, M. Pierre Lampron, a été élu président des Producteurs laitiers du Canada (PLC). Il a été porté à la tête de l’organisation nationale lors de l’assemblée générale annuelle qui se tenait les 18 et 19 juillet derniers à Edmonton, au Manitoba. Le copropriétaire de la Ferme Y. Lampron & fils a été choisi parmi les trois candidats en lice à l’issue du deuxième tour par les 52 délégués présents à l’événement. Il succède ainsi à Wally Smith, un producteur de la Colombie-Britannique. Il est élu pour un mandat de deux ans et pourra effectuer trois mandats au total.

C’est à l’issue du mandat ultime de M. Smith que Pierre Lampron a décidé de se lancer dans la course : « Ce n’est que récemment que j’ai songé à me présenter à ce poste. Plusieurs personnes m’ont approché, et sentant les appuis suffisants, je me suis porté candidat. » Lire la suite


13
juin
2017

Vous n’avez pas participé à l’une des deux formations offertes en région sur les volets bien-être animal et traçabilité de Proaction? Un webinaire sera offert le 14 juin prochain de 11 h 30 à 13 h 30. L’échéancier et les nouvelles exigences qu’ils doivent mettre en œuvre sur les fermes à partir du 1er septembre prochain seront présentés.

Vous devez vous rendre sur le site L’U plus (http://uplus.upa.qc.ca/ ), cliquer sur connexion web binaire, en haut à droite et procéder à votre inscription.


8
juin
2017

Une récente étude a permis de déceler que 65 % des femmes en agriculture ne se sentent pas bien outillées pour accepter des postes d’élues au sein de l’Union. À ce titre, la Fédération des agricultrices du Québec a mis sur pied un programme de mentorat bien adapté à la réalité agricole pour appuyer les agricultrices qui souhaitent développer ou bonifier leurs compétences d’administratrices.

L’objectif du mentorat est de permettre à une future administratrice ou une élue actuellement en poste, de recevoir le soutien d’une personne expérimentée. Une administratrice ou un administrateur, ayant une certaine ancienneté, s’engage auprès de la mentorée, en partageant son expérience et ses connaissances. Les deux personnes sont jumelées de façon libre et volontaire. Le rôle des mentors-es n’est pas de fournir des conseils sur des dossiers spécifiques, mais d’enrichir le coffre à outils de la mentorée de ses connaissances, de son expérience et l’aider à agir plus assurée dans ses fonctions. Le rôle des mentors-es varie selon les besoins spécifiques des mentorées. C’est pourquoi les duos sont formés par le comité du projet et non par les administrateurs.

Profil recherché – Mentor-e

  • Avoir siégé dans la structure syndicale de l’Union au moins cinq ans
  • Avoir un bon degré de connaissance générale du fonctionnement de l’Union
  • Croire sincèrement aux bienfaits de l’implication syndicale
  • Souhaiter accompagner une autre personne à développer ses habiletés

Profil recherché – Mentorée

  • Avoir de l’intérêt à siéger comme future administratrice au sein de l’Union
  • Être actuellement en poste à l’Union et souhaiter cheminer dans la structure syndicale
  • Souhaiter développer ses habiletés et se conforter dans ses capacités
  • Croire que le mentorat est une façon efficace de développer de nouveaux acquis

Processus de jumelage et investissement

Les personnes intéressées devront remplir un formulaire d’inscription (mentor-e ou mentorée) pour faire part de leur intérêt à être mentor ou mentorée. Une fois les informations reçues, le comité formera les dyades en lien avec les besoins formulés par les mentorées et les compétences des mentors. Idéalement les tandems se trouveront dans une même région administrative, mais dans différentes productions.

Le temps investi de part et d’autre peut varier selon les besoins des mentorées, variant de quelques heures seulement pour des besoins spécifiques à plusieurs journées d’accompagnement lors de demande plus générale.

Les mentors-es devront s’engager à suivre une formation concernant leurs rôles à jouer, alors que les mentorées s’engageront à suivre les 4 sessions de formation en webinaire dans le cadre du programme. Finalement, les mentors-es et mentorées devront compléter différents questionnaires en amont et en aval du projet aux fins d’évaluation.

Pour plus d’information, communiquez avec France De Montigny, coordonnatrice à la Fédération des agricultrices du Québec par courriel ou au 450 679-0540, p.8778.


9
mai
2017

Après avoir connu un hiver exceptionnel, voilà que la neige a définitivement fait place aux températures plus clémentes. Malgré la pluie des derniers jours, nous sommes tous fébriles devant les travaux aux champs qui débuteront bientôt. À ce titre, je nous souhaite une nature généreuse et abondante!

Votre machinerie est-elle conforme?

La belle saison est synonyme du retour de la machinerie sur nos routes. Depuis 2013, les machines agricoles de plus de 2,6 m sont assujetties au Règlement concernant la visibilité et la circulation des machines agricoles. Ce règlement oblige les propriétaires de ces véhicules à se doter de bandes réfléchissantes, feux jaunes clignotants et de véhicules d’escortes dans certains cas. Êtes-vous pleinement en règle? Pour un rafraîchissement du règlement et d’autres informations utiles, je vous invite à visiter la section « Sécurité routière » sur notre site web.

Fidèles au poste!

La saison estivale ralentit généralement le rythme des activités démocratiques de notre organisation et des instances locales. Toutefois, une formidable équipe est toujours disponible pour répondre à vos questions sur une variété de sujets en lien avec l’agriculture : comptabilité, gestion, communications, territoire agricole, recherche de main-d’œuvre, formation, agroenvironnement, etc. Vous pouvez nous joindre par courriel ou au téléphone (819 378-4033) en tout temps.

Planifiez… pour votre santé psychologique

L’isolement et la rudesse du métier peuvent affecter notre équilibre. De plus, certaines contraintes législatives, fluctuations du cours des marchés, blessures ou incapacités sont des facteurs qui peuvent influencer notre santé psychologique. Une bonne gestion de l’entreprise pourrait atténuer un imprévu éventuel au cours de la saison. Toutefois, si les temps s’avéraient trop durs pour vous ou l’un de vos proches, sachez que vous pouvez compter sur plusieurs ressources formées spécifiquement pour le monde agricole (Sentinelles). Vous pouvez téléphoner à l’UPA Mauricie ou joindre la ligne d’aide pour la santé psychologique 1-866-APPELLE.

Sur ce, l’équipe de votre fédération régionale vous souhaite une excellente saison. Bon été à tous!


9
mars
2017

Mercredi 15 février dernier avait lieu l’assemblée générale annuelle des Producteurs de grains de la Mauricie (PGM), où étaient présents 21 producteurs. Le président des PGM, Claude Chartier, ainsi que le président de la FUPAM, Jean-Marie Giguère, ont respectivement fait état des dossiers majeurs pour l’année à venir en Mauricie. M. Giguère a par ailleurs offert son appui aux producteurs concernant le Fonds ASRA qui doit demeurer, croit-il, dans l’organisation provinciale. À ce sujet, les membres ont adopté une résolution en ce sens.

M. Christian Overbeek, président des Producteurs de grains du Québec (PGQ), a également commenté la dernière année et a fait part des préoccupations actuelles des producteurs. Il a notamment mentionné les thèmes de la sécurité du revenu, du plan conjoint, du Groupe de concertation du secteur des grains, du développement des marchés, de l’environnement ainsi que de la recherche agronomique.

Enfin, les producteurs ont élu les délégués et substituts aux assemblées des PGQ et du plan conjoint. M. France Saint-Amand a également été élu à titre d’administrateur.








L'up@ricie Web