4
octobre
2018

Cette étude diagnostique sur le portrait de l’abattage en Mauricie se réalisera au cours des prochain mois. La Groupe FBE Bernard Experts de Saint-Hyacinthe réalisera l’étude sous la gouverne de madame Caroline-Joan Boucher, agronome. Le mandat confié à la firme se définit selon quatre volets :

Le premier volet :

  • Diagnostic régional;
  • Établissement du contexte géographique;
  • Description sommaire du secteur agricole et agroalimentaire.

Le deuxième volet :

  • Portrait des abattoirs;
  • Inventaire des abattoirs (capacité, espèce et localisation).

Le troisième volet :

  • Identification des besoins;
  • Entreprise : type, spécialisation et localisation;
  • Bien-être des animaux;
  • Validation des coûts associés au transport;
  • Rentabilité des entreprises et des abattoirs.

Le quatrième volet :

  • Problématique et piste de solutions;
  • Identification des enjeux;
  • Identification de pistes de solution.

Pour mener à bien cette étude, la participation de producteurs/productrices agricoles à une rencontre de travail est nécessaire pour recueillir de précieuses informations qui alimenteront madame Boucher et son équipe. Cette rencontre devrait se tenir en soirée vers la fin-octobre, début novembre.

Si vous êtes intéressés à participer à cette rencontre, je vous invite à communiquer avec Sylvain Samuel à ssamuel@mauricie.upa.qc.ca ou en composant le (819) 378-4033 poste 232.

Dès que nous aurons de plus amples détails sur le déroulement de la rencontre, nous aviserons les personnes intéressées.


14
septembre
2018

À l’occasion des élections provinciales 2018, la Fédération de l’UPA de la Mauricie recevait, mercredi dernier, les candidats des quatre principaux partis des circonscriptions mauriciennes lors d’une rencontre avec les producteurs agricoles afin de discuter des enjeux provinciaux et régionaux propres à leur secteur.

Une trentaine de participants ont pris part à cet exercice au Complexe Laviolette de Trois-Rivières, mais la soirée était également retransmise en direct sur le web.

La fiscalité foncière agricole au cœur des échanges

Mis de l’avant lors de la tentative avortée du gouvernement de réformer le Programme de crédit de taxes foncières agricoles en 2017, le dossier de la fiscalité foncière des terres est un enjeu important. Au fil des ans, en raison de la hausse de la valeur des terres, les programmes mis en place pour pallier ce déséquilibre sont devenus inefficaces. À ce titre, les agriculteurs ont demandé à tous les candidats présents de s’engager à réévaluer le système actuel. Lire la suite


10
septembre
2018

portesouvertes

Plus de 5 000 personnes, petits et grands, ont participé dimanche dernier à la 16e édition des Portes ouvertes sur les fermes du Québec en Mauricie. Ils ont ainsi profité d’une température clémente en se rendant dans l’une des quatre fermes de la région qui accueillaient la population pour l’occasion. Depuis le début de cette activité, quelque 92 000 visiteurs ont franchi les portes des fermes mauriciennes et plus de deux millions à l’échelle québécoise.

Devenue la plus importante vitrine sur le savoir-faire des agriculteurs, l’activité a permis aux visiteurs de découvrir une variété de productions aux quatre coins de la région : lait, grains, pommes de terre, sangliers, cerfs et arbres. Pour l’occasion, les fermes ont organisé différentes activités, dont des visites d’installations, des dégustations de produits, des démonstrations, et des jeux pour les enfants.

Au terme de cette journée, le président de la Fédération de l’UPA de la Mauricie, Jean-Marie Giguère était satisfait de l’engouement pour cet événement. « La population témoigne un intérêt sans cesse grandissant pour l’alimentation, les pratiques agricoles et la vie rurale. Année après année, nos producteurs sont fiers de partager ce mode de vie avec nos concitoyens. », mentionne-t-il.

« Je tiens à remercier les familles agricoles qui nous ont accueillis ce dimanche, tout comme les 127 bénévoles qui ont fait de cet événement un succès », a-t-il ajouté.

Merci à nos partenaires

La réalisation de cet événement est rendue possible grâce à de précieux partenaires régionaux présents sur les fermes pour présenter leurs produits qui contribuent à accroître l’efficacité du travail des producteurs agricoles, dont notamment La Coop Novago, Groupe Lafrenière tracteurs, Société Saint-Jean-Baptiste de la Mauricie, Harnois Groupe pétrolier, Municipalité de Champlain, MRC de Maskinongé, et Ruth-Elle Brosseau, députée de Berthier–Maskinongé.


4
septembre
2018

CartonMacaronsJappuie_Page_1

Bien que l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) ait beaucoup retenu l’attention des médias dans les derniers jours, d’autres enjeux préoccupent les producteurs agricoles québécois. Réunis à Saint-Alexis-des-Monts le 23 août, l’Union des producteurs agricoles (UPA), ses 12 fédérations régionales – dont l’UPA Mauricie – et ses 27 groupes spécialisés ont profité du lancement de la campagne électorale pour demander au prochain gouvernement québécois d’appuyer davantage l’agriculture et la foresterie privée.

Les demandes de l’Union se déclinent en cinq catégories :

  • La protection des ressources
  • Les investissements en agriculture
  • La taxation foncière équitable
  • L’accès aux terres par la relève
  • La réduction de l’impact de la hausse des salaires

» Téléchargez le dépliant de L’Union sur les enjeux de la campagne électorale

« Les citoyens sont fréquemment déçus par les campagnes électorales, car les enjeux importants sont souvent évincés des discussions. Nous espérons que les questions agricoles et forestières seront abordées durant les élections. On exige beaucoup des producteurs et des productrices. À une certaine époque, nous disions : pas de nourriture sans agriculture. Cet adage est plus vrai que jamais. Il est temps d’appuyer notre agriculture et notre forêt », a mentionné Marcel Groleau, président général.

Chaque jeudi, l’UPA publiera sur sa page Facebook une capsule vidéo pour exposer ses demandes dans ces cinq enjeux. Vous pouvez notamment visionner la vidéo sur l’environnement ainsi que les réponses des principaux partis sur cet enjeu. Bonne campagne!


24
juillet
2018

AdobeStock_18438029

Suite aux conditions de sécheresse que nous vivons, La Financière agricole du Québec (FADQ) a annoncé récemment qu’elle pourrait verser des avances sur le Programme d’assurance récolte (ASREC) dès le mois d’août.  En date de publication de ce billet, 735 avis de dommages ont été signalés pour cette cause, contre 127 en moyenne au cours des dernières années.

La Mauricie n’est pas la région la plus touchée par cette situation. Les régions de l’Abitibi-Témiscamingue, du Bas-Saint-Laurent, de la Côte-Nord, du Saguenay–Lac-Saint-Jean et de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine sont davantage affectées.

« Sur l’ensemble du territoire, l’excès de chaleur et le manque prolongé de précipitations ont affecté les rendements qui sont généralement inférieurs. Les baisses de rendement occasionnées par le manque de précipitation se poursuivent en deuxième fauche et on observe une repousse faible et jaunie. Les conditions de croissance sont défavorables avec des réserves en eau du sol inexistantes. On envisage des rendements inférieurs, pour la deuxième fauche », peut-on lire dans le Rapport sur l’état des cultures.

Si vous bénéficiez d’une protection individuelle auprès de la FADQ et que la situation affecte vos cultures, avisez immédiatement votre conseiller. Dans le cas contraire, vous pourriez perdre votre droit à toute indemnité. Pour plus de détails, consultez le site web de La Financière agricole du Québec.


18
juillet
2018

L’organisme Au Coeur des Familles Agricoles (ACFA) est présentement à la recherche d’un travailleur de rang en Mauricie. La mission de cet intervenant de première ligne est d’entrer en relation avec les personnes du milieu agricole et d’intervenir auprès des producteurs et des familles agricoles en difficulté. Son rôle est d’accompagner et soutenir les producteurs et les familles agricoles en faisant des interventions psychosociales et effectuer un suivi.

Un baccalauréat ou une technique en travail social est demandé pour ce poste, tout comme une bonne connaissance du milieu agricole en général. Le poste est d’une durée d’un an à raison de 28 heures par semaine. Vous avez jusqu’au 24 août pour signifier votre intérêt.

Un poste similaire est également offert dans la région de l’Estrie.

Notez que la Fédération de l’UPA de la Mauricie n’est pas impliquée dans le processus de recrutement et de sélection des candidats. Veuillez vous référer à l’organisme Au Coeur des Familles Agricoles pour plus de détails.

Consultez l’offre d’emploi.








L'up@ricie Web