28
avril
2016

Vous le savez, la maladie ou les accidents peuvent causer de la mortalité dans les élevages, ce qui implique qu’il faut disposer des animaux morts. Actuellement, quatre méthodes de gestion des animaux porcins sont autorisées et encadrées par la Loi sur les produits alimentaires et son Règlement sur les aliments : la récupération, l’incinération, le compostage et l’enfouissement à la ferme.

La récupération des animaux morts représente le mode le plus efficace pour leur valorisation, car elle permet de générer des produits industriels ayant une valeur ajoutée intéressante. Depuis 2014, à moins d’utiliser le compostage ou l’incinération, tout site de production devrait posséder son bac de récupération. Les entreprises de récupération recommandent aussi de conserver les carcasses dans un endroit réfrigéré pendant les périodes chaudes, ce qui permet d’en assurer une meilleure valeur économique.

L’utilisation d’un bac permet aussi de restreindre l’accès aux charognards et aux mouches qui peuvent être des vecteurs de maladies pour la ferme et diminue le risque de transmission des pathogènes comme le virus de la DEP.

D’ailleurs, une subvention est présentement disponible au MAPAQ pour tout équipement spécifique pour le chargement et l’entreposage des carcasses. Informez-vous auprès de votre fournisseur de service pour l’acquisition d’un bac de récupération des animaux morts!

Pour de l’information supplémentaire, consultez le site web des Éleveurs de porcs du Québec et d’Agri-Réseau.

À lire également:

Biosécurité des élevages bovins : affiches gratuites disponibles Afin de protéger la santé du troupeau, mais aussi celle des humains en contact avec celui-ci, les mesures de biosécurité sont essentielles. Le réc...
Veille sanitaire provinciale : support aux éleveurs de porcs Le virus du syndrome reproducteur et respiratoire porcin (SRRP) est responsable de pertes économiques importantes pour le secteur porcin au Québec (≈ ...







L'up@ricie Web