8
juin
2017

Une récente étude a permis de déceler que 65 % des femmes en agriculture ne se sentent pas bien outillées pour accepter des postes d’élues au sein de l’Union. À ce titre, la Fédération des agricultrices du Québec a mis sur pied un programme de mentorat bien adapté à la réalité agricole pour appuyer les agricultrices qui souhaitent développer ou bonifier leurs compétences d’administratrices.

L’objectif du mentorat est de permettre à une future administratrice ou une élue actuellement en poste, de recevoir le soutien d’une personne expérimentée. Une administratrice ou un administrateur, ayant une certaine ancienneté, s’engage auprès de la mentorée, en partageant son expérience et ses connaissances. Les deux personnes sont jumelées de façon libre et volontaire. Le rôle des mentors-es n’est pas de fournir des conseils sur des dossiers spécifiques, mais d’enrichir le coffre à outils de la mentorée de ses connaissances, de son expérience et l’aider à agir plus assurée dans ses fonctions. Le rôle des mentors-es varie selon les besoins spécifiques des mentorées. C’est pourquoi les duos sont formés par le comité du projet et non par les administrateurs.

Profil recherché – Mentor-e

  • Avoir siégé dans la structure syndicale de l’Union au moins cinq ans
  • Avoir un bon degré de connaissance générale du fonctionnement de l’Union
  • Croire sincèrement aux bienfaits de l’implication syndicale
  • Souhaiter accompagner une autre personne à développer ses habiletés

Profil recherché – Mentorée

  • Avoir de l’intérêt à siéger comme future administratrice au sein de l’Union
  • Être actuellement en poste à l’Union et souhaiter cheminer dans la structure syndicale
  • Souhaiter développer ses habiletés et se conforter dans ses capacités
  • Croire que le mentorat est une façon efficace de développer de nouveaux acquis

Processus de jumelage et investissement

Les personnes intéressées devront remplir un formulaire d’inscription (mentor-e ou mentorée) pour faire part de leur intérêt à être mentor ou mentorée. Une fois les informations reçues, le comité formera les dyades en lien avec les besoins formulés par les mentorées et les compétences des mentors. Idéalement les tandems se trouveront dans une même région administrative, mais dans différentes productions.

Le temps investi de part et d’autre peut varier selon les besoins des mentorées, variant de quelques heures seulement pour des besoins spécifiques à plusieurs journées d’accompagnement lors de demande plus générale.

Les mentors-es devront s’engager à suivre une formation concernant leurs rôles à jouer, alors que les mentorées s’engageront à suivre les 4 sessions de formation en webinaire dans le cadre du programme. Finalement, les mentors-es et mentorées devront compléter différents questionnaires en amont et en aval du projet aux fins d’évaluation.

Pour plus d’information, communiquez avec France De Montigny, coordonnatrice à la Fédération des agricultrices du Québec par courriel ou au 450 679-0540, p.8778.

À lire également:

La fédération régionale réalisera une étude sur le portrait de l’abattage e... Cette étude diagnostique sur le portrait de l’abattage en Mauricie se réalisera au cours des prochain mois. La Groupe FBE Bernard Experts de Saint-Hya...
Des candidats sensibles, mais mal préparés, aux enjeux agricoles À l’occasion des élections provinciales 2018, la Fédération de l’UPA de la Mauricie recevait, mercredi dernier, les candidats des quatre principaux pa...
Portes ouvertes : merci aux familles agricoles et aux bénévoles! Plus de 5 000 personnes, petits et grands, ont participé dimanche dernier à la 16e édition des Portes ouvertes sur les fermes du Québec en Maurici...
J’appuie mon agriculture, j’appuie ma forêt : les enjeux de la campagne éle... Bien que l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) ait beaucoup retenu l’attention des médias dans les derniers jours, d’autres enjeux préo...







L'up@ricie Web