12
janvier
2016

Trace du passage de motoneiges

« La signature de cette entente est le résultat d’un travail de concertation de longue haleine où l’intérêt des producteurs agricoles et forestiers de la Mauricie est de contribuer, par le prêt de nos terres, aux retombées touristiques importantes amenées par la pratique des sports de sentiers récréatifs : la motoneige et le quad », s’est exprimé Jean-Marie Giguère. Cette entente lie notre organisation avec le regroupement des clubs de motoneiges de la Mauricie et l’Association régionale des clubs quads de la Mauricie. « Notre région sera sans aucun doute la destination incontournable des sports de sentiers au Québec et nous sommes fiers d’y contribuer. »

Après 4 ans de démarches entre les différentes organisations impliquées, cette entente permettra aux clubs affiliés des deux associations de véhicules hors route (VHR) d’aménager et de baliser plusieurs sentiers sur les terres agricoles et forestières privées de la Mauricie via l’octroi, par le propriétaire, de droits de passage. Ceci facilitera la stabilité dans l’aménagement des sentiers dédiés à la pratique de ces sports qui gagnent en popularité à travers tout le Québec.

« En Mauricie, les sentiers récréatifs traversent, dans une proportion de 40 %, des terres agricoles et forestières privées. Pour nos producteurs, la circulation des VHR peut occasionner certains inconvénients et parfois entraîner des dommages. En balisant adéquatement l’utilisation des terres prêtées par nos membres, les associations pourront collaborer avec les producteurs agricoles et forestiers pour la résolution des cas problématiques », s’est permis d’ajouter M. Giguère. L’entente prévoit d’ailleurs la création d’un comité de suivi permanent pour ce genre de cas.

Pour l’UPA Mauricie, cette entente est la preuve concrète que nos producteurs agricoles et forestiers travaillent de concert avec les intervenants régionaux pour faire de la pratique des sports de sentiers un levier économique d’envergure pour nos villages. Les impacts de ces activités sportives sont nombreux notamment pour le tourisme, la restauration, les commerces de proximité, etc. « Des villages en santé permettent de retenir et d’attirer de jeunes familles qui assureront une occupation dynamique du territoire. Nous espérons grandement inspirer d’autres régions à faire de même », de conclure le président de l’UPA Mauricie.


Consultez le résumé du protocole d’entente ainsi que le document complet.

À lire également:

Toutes soeurs de terre! Du 11 au 26 janvier dernier, 16 agricultrices québécoises sont parties à la rencontre de femmes et d’hommes sénégalais, travaillant sans relâche p...
Sondage : projet pilote de récupération de la tubulure acéricole en Maurici... Les Producteurs et productrices acéricoles de la Mauricie (PPAM) et la Régie de gestion des Matières résiduelles de la Mauricie (RGMRM) sont à éla...
Vous avez vécu une mauvaise expérience avec Hydro-Québec? En juin dernier, lors d'une rencontre avec les représentants de l'Union, Hydro-Québec présentait les résultats préliminaires du sondage qu'elle ef...
Nouveau coordonnateur du Plan de développement de l’agriculture et de l’agr... Dès la mi-juillet, Monsieur Philippe Boisvert entrera en fonction en tant que coordonnateur du Plan de développement de l’agriculture et de l’agroalim...







L'up@ricie Web