3
juillet
2019

Cannabis

La légalisation du cannabis à des fins récréatives ne signifie pas que la Sûreté du Québec en a terminé avec la lutte contre la production illégale de cette drogue. Depuis septembre 2018, la Sûreté du Québec a mis en place le programme ACCES Cannabis (action concertée contre l’économie souterraine), qui s’attaque à la contrebande de cannabis à toutes les étapes de l’approvisionnement, que le produit vienne de l’intérieur du Québec ou d’un autre pays.

La production illégale, toute distribution illicite, vente sur le marché noir, importation et exportation demeurent des infractions criminelles. Seul l’achat en ligne ou dans les points de service de la Société québécoise du cannabis est permis.

Déjà plusieurs programmes du genre existaient dans les domaines de la lutte contre la contrebande d’alcool ou des produits du tabac illégaux. Dans le cadre d’Accès Cannabis, 54 nouveaux policiers ont été mandatés pour intervenir sur l’ensemble du territoire québécois. Grâce au programme, 291 526 plants ont été éradiqués en 2017-2018, et près de la moitié de ces plants étaient au Centre-du-Québec, en Mauricie et dans Lanaudière.

Fin des contrats sociaux

L’Union des producteurs agricoles (UPA) et les municipalités régionales de comté (MRC) avait participé à la création et à l’implantation d’un contrat social entre les agriculteurs et la Sûreté du Québec. Maintenant, ces contrats n’existent plus et ils ont été remplacé par un consentement, idéalement écrit par le producteur suite à une enquête par la SQ. À défaut d’un consentement écrit, un consentement verbal peut se faire pour permettre à la SQ d’intervenir dans un champ.

Est-ce que ce type de programme peut réellement faire une différence ?

La réponse risque d’être positive si on se fie au programme Accès Tabac, qui a permis de diminuer la part du marché noir de 30% à 12% de 2009 à 2018. Deux campagnes médiatiques sont prévues dans les prochaines semaines. La première pour dénoncer la plantation, et la seconde au moment de l’arrachage des plants. Nul n’a à subir ou à supporter ce type d’activités criminelles à l’intérieur de ses immeubles ou sur ses terrains.  Si vous soupçonnez que de telles activités ont lieu, vous pouvez dénoncer de façon anonyme au 1-800-659-4264, ou par courriel au cic@surete.qc.ca.

Pour savoir comment déceler une culture extérieure et intervenir de façon sécuritaire, vous pouvez obtenir des renseignements supplémentaires à cette adresse.

À lire également:

Sondage : projet pilote de récupération de la tubulure acéricole en Maurici... Les Producteurs et productrices acéricoles de la Mauricie (PPAM) et la Régie de gestion des Matières résiduelles de la Mauricie (RGMRM) sont à éla...
Vous avez vécu une mauvaise expérience avec Hydro-Québec? En juin dernier, lors d'une rencontre avec les représentants de l'Union, Hydro-Québec présentait les résultats préliminaires du sondage qu'elle ef...
Nouveau coordonnateur du Plan de développement de l’agriculture et de l’agr... Dès la mi-juillet, Monsieur Philippe Boisvert entrera en fonction en tant que coordonnateur du Plan de développement de l’agriculture et de l’agroalim...
Fin de la récupération des plastiques agricoles en Mauricie Malgré le fait que le centre de tri régional de Récupération Mauricie soit des plus modernes et en mesure de livrer des matières de qualité, cette der...







L'up@ricie Web