13
janvier
2016

agricarrieresLe 20 février prochain aura lieu tout près de chez nous le colloque annuel d’AGRIcarrières, à l’Hôtel Montfort de Nicolet, sous le thème Gestion des risques à la ferme : avez-vous pensé RH?

Le tarif incluant le dîner est de 90 $ par personne ou de 65 $ pour les étudiants ou les membres de la Fédération de la relève agricole du Québec (FRAQ).

De plus, l’événement donnera lieu au dévoilement des deux grands gagnants du concours Ma ferme, mon monde, à laquelle l’entreprise Pranasens participera en représentant la région mauricienne.

Détails et inscription sur le site web d’AGRIcarrières.


13
octobre
2015

Nul besoin de rappeler la rareté de main-d’œuvre et les difficultés de rétention que vivent présentement plusieurs secteurs d’activités pour se convaincre que le secteur agricole n’y échappe pas.

La diminution du nombre d’exploitations agricoles et la concentration de la production amènent un besoin accru de main-d’œuvre non familiale sur les fermes.  Les diplômés sont insuffisants pour combler les postes d’ouvriers spécialisés et les producteurs agricoles doivent souvent former eux-mêmes leur personnel.  De plus, le marché du travail agricole est complexe à organiser et les producteurs doivent pouvoir compter sur une main-d’œuvre stable, qualifiée et productive pour assurer le maintien et le développement de leur entreprise.

Même si le secteur peut compter sur des outils précieux comme les programmes d’apprentissage en milieu de travail, les employeurs agricoles doivent adapter et faire évoluer leurs pratiques en gestion des ressources humaines pour attirer, satisfaire et conserver les bons employés, et ce, sans négliger tous les aspects légaux qui entourent l’embauche et la gestion de la main-d’œuvre.

AGRIcarrières, le comité sectoriel de main-d’œuvre de la production agricole, a notamment réalisé 13 portraits du marché du travail du secteur de la production agricole qui ont permis de faire ressortir, pour chacune des régions administratives du Québec, les enjeux et les défis de recrutement de la main-d’œuvre ainsi que les tendances du marché du travail du secteur agricole. Ces travaux visaient  le repositionnement des Centres d’emploi agricole (CEA) dans leur offre de service pour appuyer les entreprises agricoles à relever les nouveaux défis de GRH.

Dans cette perspective, les CEA sont plus que jamais une porte d’entrée à une gamme de services en ressources humaines de plus en plus vaste et intégrée.  D’ailleurs, les employeurs agricoles peuvent maintenant obtenir des services-conseils adaptés à leur entreprise par une ressource compétente du CEA qui pourra notamment se déplacer sur l’entreprise pour :

  • La réalisation d’un diagnostic de pratiques RH et d’un plan d’intervention
  • L’élaboration d’un manuel de l’employé et de politiques de base de GRH
  • L’organisation des dossiers d’employés
  • L’élaboration d’une grille de rémunération adaptée à l’entreprise
  • La rédaction de descriptions de poste
  • La proposition d’un outil d’évaluation du rendement
  • Le partage d’informations et de conseils sur les programmes et les lois liés à l’embauche et aux normes du travail

Avec les CEA, les producteurs agricoles ont ainsi accès à des ressources qui peuvent les conseiller et qui détiennent une expertise unique et une connaissance approfondie du milieu agricole en plus de les soutenir comme ils l’ont toujours fait pour le recrutement, la sélection et le placement de travailleurs temporaires et permanents.

Ces services vous intéressent? N’hésitez plus et communiquez avec Martine Paris au 819 378-4033 poste 234.


14
juillet
2015

Les difficultés de recrutement de main-d’œuvre sont toujours aussi omniprésentes. C’est pourquoi certains producteurs agricoles doivent se tourner vers une main-d’œuvre étrangère temporaire. Au Québec, près de 10 000 travailleurs étrangers oeuvrent principalement dans les régions de la Montérégie, Lanaudière et Outaouais-Laurentides.

La Mauricie ne fait pas exception et a recours depuis quelques années à cette main-d’œuvre essentielle dans quelques entreprises. Pour l’année 2015, ce sont près de 170 travailleurs étrangers temporaires qui seront venus travailler dans 26 entreprises maraîchères, laitières, porcines et avicoles. Ces travailleurs proviennent du Mexique, du Guatemala et de la Jamaïque. On parle ici d’une augmentation significative par rapport à 2011 où nous embauchions environ 105 travailleurs étrangers. Lire la suite


10
juin
2015

Le Centre d’emploi agricole de l’UPA Mauricie recherche actuellement le producteur agricole qui représentera la Mauricie pour le concours Ma ferme, mon monde. Ce dernier récompense les employeurs agricoles qui se démarquent par leurs bonnes idées en gestion des ressources humaines. Il souligne ainsi les pratiques innovantes et efficientes des entreprises agricoles qui offrent un milieu de travail favorable à tous ceux qui y travaillent. Toutes les entreprises agricoles, indépendamment de leur taille, de leur production ou de leur localisation, sont invitées à participer.

Vous faites le petit plus pour améliorer la vie au travail de vos employés? Vous êtes celui que l’on cherche! Vous pourriez vous mériter l’une des trois bourses totalisant une valeur de 3 500 $ et un prix de participation de La Terre de chez nous. Lire la suite


11
mars
2015

agricarrieres

agricarrieresLe jeudi 19 février dernier, AGRIcarrières conviait tous les intervenants et producteurs agricoles concernés par la formation et l’emploi en agriculture à son colloque annuel. C’est sous le thème «L’agriculture a changé, la formation aussi!» que se tenait cette 15e édition. Voici les principaux thèmes qui y ont été discutés.

L’importance de l’attraction et la rétention

Les trois principaux enjeux et défis du secteur agricole sont l’attraction du domaine, la rétention des travailleurs et la valorisation du métier. Des études démontrent que quatre personnes quitteront leur emploi en 2015 mais qu’un seul travailleur sera remplacé. L’investissement des producteurs dans la formation, le développement des technologies dans la ferme et l’augmentation de la qualité de vie des employés est un facteur favorisant l’attraction des employés, la rétention et la valorisation du métier. Lire la suite


11
mars
2015

iStock_000017996531XSmallPlusieurs d’entre vous ont été confrontés, un jour ou l’autre, à un travailleur dynamique et plein de volonté, mais sans expérience dans votre domaine d’activité. Dans un contexte où la main-d’œuvre se fait rare et où la concurrence avec les autres entreprises est féroce, il faut changer nos mentalités, investir dans nos ressources humaines et prendre le temps de les former.

Le programme d’apprentissage en milieu de travail (PAMT) peut être une solution gagnante pour le producteur et son employé qui n’a pas de formation en agriculture. Il s’agit d’un processus structuré de développement et de reconnaissance des compétences adapté à la réalité du travail dans l’entreprise puisqu’il se déroule entièrement sur les lieux de travail. Votre employé acquiert la maîtrise de nouvelles compétences en étant jumelé à un compagnon d’apprentissage. Il s’agit donc d’un moyen simple et reconnu de transférer des connaissances sous la forme apprenti/compagnon. Lire la suite








L'up@ricie Web