23
mai
2017

Le 10 mai dernier, L’Union des producteurs agricoles présentait, à l’occasion d’une rencontre des responsables régionaux en santé psychologique, un nouvel outil à l’intention des producteurs. Le PAPA (Programme d’aide pour agriculteurs), offert par l’entreprise ProSanté, comprend notamment un accès sans frais à des répondants en tout temps (jour, nuits et fins de semaine), capables d’orienter les personnes vivant des situations difficiles (stress, anxiété, décès d’un proche, épuisement, conflit interpersonnel, séparation, divorce, alcoolisme, toxicomanie, difficultés conjugales …). Ce service est confidentiel, professionnel, humain et facile d’accès. Il est offert aux agriculteurs et aux membres de leur famille immédiate.

Des tarifs de groupe ont  été négociés pour les consultations privées en psychologie à un taux de base de 85 $ l’heure. Si vous avez besoin d’aide, vous pouvez contactez en tout temps le : 1 888 687-9197 ou consulter le site: votreconseillervirtuel.ca (Identifiant: PAPA et mot de passe: PAPA899%). Que vous choisissiez le PAPA ou tout autre outil, l’important c’est de téléphoner!


31
octobre
2016

Il n’y a pas que l’isolement et la rudesse du métier qui affectent l’équilibre psychologique chez nos producteurs. Contraintes législatives, fluctuation du cours des marchés, blessures ou incapacités sont des facteurs qui peuvent influencer la santé de nos agriculteurs.

Certains facteurs peuvent être atténués si le producteur adapte sa gestion en fonction des risques potentiels du métier. Se doter d’un bon plan d’assurances personnelles, effectuer une planification stratégique considérant les possibles fluctuations des marchés ou encore les législations à venir, faire et suivre ses budgets prévisionnels ou enfin, se créer un fonds de réserve quand les temps sont meilleurs…. Une panoplie de petits gestes qui vous assurera une certaine paix d’esprit en temps de crise. En agriculture, pour notre santé psychologique, il faut savoir être prévoyant et s’entourer de bonnes ressources! Un conseiller en gestion pourra vous aider à anticiper les changements pouvant affecter votre entreprise et à vous préparer adéquatement.

Enfin, si les temps s’avéraient trop durs pour vous ou l’un de vos proches, sachez que vous pouvez dorénavant compter, en Mauricie, sur des Sentinelles formées spécifiquement pour le monde agricole. Informez-vous à votre Fédération 819-378-4033.


2
mai
2016

Depuis plusieurs années, l’UPA déploie beaucoup d’efforts sur le dossier de la détresse psychologique en agriculture.  La concertation avec les intervenants du milieu a notamment permis à l’Association québécoise de prévention du suicide (AQPS) de développer une formation adaptée au milieu agricole. Celle-ci fut lancée le 27 avril dernier lors d’un forum sur la santé psychologique sous le thème : « Ensemble, on prend le taureau par les cornes! »

L’objectif de cet atelier vise la formation de plusieurs Sentinelles, c’est-à-dire des producteurs et intervenants qui sont aptes à repérer et aider les personnes vulnérables au suicide.

Qui peut être sentinelle? Toute personne qui est en contact régulier avec des producteurs agricoles, notamment par leur travail, leurs activités bénévoles ou la place qu’elles occupent dans leur milieu ou leur communauté. Ce sont des personnes choisies pour leurs liens étroits avec les producteurs, qui s’engagent de façon volontaire et qui sont formées et soutenues pour jouer le rôle qu’on attend d’elles auprès des personnes suicidaires.

Les futures sentinelles qui sont visées par la formation peuvent être : des producteurs qui s’impliquent dans divers comités ou associations; des travailleurs et professionnels œuvrant dans l’entourage des producteurs (comptables agricoles, vétérinaires pour animaux de ferme, inséminateurs, camionneurs pour le transport du lait, conseillers en gestion, agronomes, etc.) et des bénévoles œuvrant auprès des proches des producteurs.

L’UPA Mauricie organise, en collaboration avec le Centre prévention suicide les Deux Rives, une formation sentinelle le mercredi 1er juin prochain de 8 h à 16 h.  Vous voulez faire la différence dans votre milieu, inscrivez-vous dès maintenant auprès de Mme Annie Gagnon en téléphonant au 819 378-4033 poste 240, ou par courriel agagnon@upa.qc.ca.


23
septembre
2015

logo_sTravailler dans le secteur agricole est une grande joie pour moi et m’apporte une pleine satisfaction professionnelle. Les agriculteurs et agricultrices, pour lesquels je travaille, sont des gens fiers de leur métier. Ces hommes et femmes nous apportent la nourriture dont nous avons besoin jour après jour.  Ils travaillent souvent, sept jours par semaine, 12 mois par année. Un producteur agricole doit constamment s’adapter aux besoins changeants des consommateurs, à la mondialisation des marchés, aux nouvelles réglementations environnementales. La société est souvent très peu reconnaissante du travail grandiose accompli par nos agriculteurs et agricultrices.

Tout comme dans notre entourage, certains individus qui composent la grande famille agricole peuvent avoir des moments de découragement, d’épuisement et de doute.  La pression peut être tellement forte que tout semble s’écrouler devant eux. Il nous arrive, à la Fédération de recevoir des appels de producteurs et productrices en détresse. Ce n’est pas toujours facile de réagir avec des êtres qui sont en situation de misère. Nous nous sentons souvent dépourvus.

Heureusement, des organismes de la région sont disponibles pour aider les personnes qui sont dans le besoin.  Cet été, l’UPA Mauricie a rencontré les intervenants de la maison Accalmie (accompagnement et hébergement pour personnes suicidaires) à Trois-Rivières. Cette ressource communautaire à la mission d’offrir des services d’hébergement en période de crise aux personnes qui en ressentent le besoin. La maison est accessible 24 heures/ 7 jours par semaine.  Un simple appel au 819 378-8585 et vous serez déjà sur la bonne voie.

Le respect, la considération, l’ouverture, la responsabilisation, l’engagement et le partenariat sont des valeurs fondamentales véhiculées par l’équipe de l’Accalmie. Ces valeurs appuient la philosophie et amènent la personne à se revaloriser à travers ses forces, les mêmes qui deviennent l’outil premier de l’actualisation de son plan de cheminement personnel. Bénéficiant d’outils supplémentaires efficaces et d’un sain réseau, la personne est davantage en sécurité lorsqu’elle reprend ses activités quotidiennes habituelles.

De plus, il ne faut pas oublier les centres de prévention suicide qui sont également là pour vous. Un seul numéro à retenir 1-866-APPELLE.


6
août
2015

La détresse psychologique est bien présente dans le milieu agricole et préoccupe de plus en plus les intervenants. Dans cette optique, le Centre prévention du suicide les Deux Rives, en collaboration avec l’UPA Mauricie, vous invite à suivre la formation « Agir en sentinelle pour la prévention du suicide ».

La sentinelle est une personne qui fait preuve de vigilance, d’écoute et de réceptivité. Son rôle est bénévole, informel et confidentiel et s’accomplit tout au long de ses activités quotidiennes.

Cette formation de 7 heures, gratuite et donnée par un intervenant qualifié, sera dispensée à la fin de l’automne. Elle permettra aux personnes intéressées (intervenants et producteurs agricoles) de s’impliquer en prévention du suicide. Elles seront outillées pour reconnaître les personnes vivant de la détresse psychologique et à évaluer la situation et leurs besoins. De plus, elles apprendront à explorer et estimer la planification suicidaire et à les référer aux ressources spécialisées.

Pour plus d’informations ou pour signifier votre intérêt, communiquez avec Annie Therrien au 819 379-9893, poste 15 ou encore par courriel à annie.therrien@prevention-suicide.qc.ca.


10
juin
2015

La première coupe de foin semble terminée pour une grande majorité d’entre vous. Savez-vous que cette activité en est une qui fait augmenter votre niveau de stress de façon marquée? Qui n’a jamais dit cette parole un jour : « Est-ce que je vais avoir le temps de faucher, presser et entreposer avant la pluie? »

Aujourd’hui, la pratique de l’agriculture crée d’énormes pressions chez les individus qui la pratiquent. Le stress chez les agriculteurs est un phénomène de plus en plus documenté où les recherches sont inquiétantes.

La population urbaine croit souvent que vivre sur une ferme, d’avoir un beau gros tracteur, de travailler à l’extérieur avec la nature, de récolter les fruits de votre labeur… n’est que signe de bonheur pour vous. Mais à quel prix? Les gens ne pensent pas aux nombreux facteurs de stress qui entourent votre profession. Que l’on pense aux politiques gouvernementales (contraintes environnementales, mondialisation…), aux finances de la ferme, à l’isolement physique et social, aux conditions climatiques, à la nombreuse paperasse à remplir, à l’effritement de la solidarité agricole et à la grande compétition, au peu de temps pour la famille et pour les vacances… Ces facteurs sont présents constamment dans votre quotidien. La situation est devenue telle que le taux de suicide chez les producteurs agricoles du Québec est deux fois plus élevé que dans la population en général. La situation est préoccupante. Lire la suite








L'up@ricie Web