14
octobre
2020

DepliantCovidBanner

Toute l’équipe de l’UPA Mauricie a mis la main à la pâte ces derniers jours afin de préparer un dépliant informatif à l’intention des producteurs agricoles portant sur différents thèmes reliés à la COVID-19. Ce dépliant vous sera acheminé par la poste dans la semaine du 19 octobre. Vous pouvez télécharger la version imprimable ou consulter l’information ci-bas.

Lire la suite


6
octobre
2020

Mensuellement, je vous présente le prix du maïs et du soya pour vous donner deux informations :

  1. Quel est le prix que j’aurais pu obtenir si des contrats avec des acheteurs avaient été signés dans le dernier mois?
  2. Pour la prochaine récolte, quand aurait été le meilleur temps pour conclure un prix dans les 11 mois précédents?

Mon but est de vous donner une vision historique de l’évolution du prix des grains pour notre région, afin de vous aider dans la planification de votre mise en marché. Par contre, je ne ferai pas de prévisions ou d’analyse sur les prix actuels et à venir pour l’année en cours. Les sites PGQGrainwiz et Bid-Agri, sont déjà spécialisés dans ce domaine.

Maïs

Le prix pour une vente immédiate est plus faible que dans les dernières années, mais celui pour une vente à récolte est comparable.

À Chicago, le contrat pour la récolte à venir a varié entre 3,53 et 3,79 $US le boisseau et la tendance à la hausse amorcée le 11 août s’est arrêtée le 18 septembre où le prix à cette date était équivalent à ce que l’on retrouvait il y a 6 mois, juste avant le confinement.

septmaisrecolte

septmaisfutur

Soya

Le prix actuel pour le mois d’octobre est plus élevé que l’an dernier, tout comme celui pour la récolte.

À Chicago, le contrat pour la prochaine récolte présente la même courbe que le maïs, le prix ayant varié entre 9,51 et 10,44 $US le boisseau.

septsoyarecolte

septsoyafutur

 

Tendance des prix

Les producteurs de grains du Québec ont produit une capsule à ce sujet le 17 septembre que vous pouvez visionner.

Source pour les quatre tableaux ci-haut : PGQ, compilation SCF Mauricie inc.


8
novembre
2019

Selon ce qu’on entend, il serait financièrement préférable d’acheter des vaches, plutôt que d’élever ses taures. Qu’en est-il exactement? M. Guy Beauregard, agr., a compilé les coûts reliés à l’élevage des taures depuis plusieurs années. Voici les postes qui sont pris en compte, avec les coûts moyens de 2017 pour un vêlage à 25 mois :

couts_elevage_gestionÀ partir de ces chiffres et en ne considérant que les  coûts variables sans la valeur du veau et des frais de pension, le coût serait de 2 469$. L’évolution de ce coût a été comparée à l’évolution du prix des vaches au Québec.

couts_cansim_gestion

On peut constater qu’en considérant les coûts totaux, il est toujours avantageux d’acheter au lieu d’élever. Par contre, en ne tenant compte que des frais variables ajustés (sans tenir compte du coût du veau et des frais de pension), il serait économiquement plus avantageux d’élever depuis 2015.

Mais attention, ces chiffres ne sont que des moyennes et chaque entreprise devrait connaître ses coûts avant de prendre la décision d’élever ou non ses animaux de remplacement. Et au-delà des chiffres, d’autres éléments doivent être pris en considération :

  • Disponibilité des bâtiments (places disponibles)
  • Disponibilité des fourrages
  • Investissements nécessaires
  • Statut sanitaire, biosécurité
  • Besoin en liquidités à l’achat
  • Temps pour s’occuper des animaux
  • Risque de mortalité jusqu’au vêlage
  • Génétique du troupeau

Si vous avez des questions à ce sujet, vous pouvez joindre un conseiller en gestion du SCF Mauricie inc. au 819 378-4100.



8
novembre
2019

pas

Le MAPAQ a récemment mis sur pied un programme vise à soutenir financièrement la filière bioalimentaire dans le développement et l’amélioration d’aliments de bonne qualité nutritive destinés aux consommateurs québécois. Il appuie en outre les initiatives liées à des actions ou à des projets structurants permettant de faire connaître et de favoriser l’alimentation santé. Sont admissibles les entreprises de la filière bioalimentaire qui transforment des aliments et les offrent aux consommateurs québécois. Pour être admissibles, les entreprises doivent remplir les critères précisés dans le volet du programme qui les intéresse. Le programme s’adresse également aux regroupements d’entreprises, aux établissements de recherche, aux organismes sans but lucratif et aux centres de diffusion qui remplissent les autres critères précisés dans le programme.

Le programme se décline en trois volets :

  1. Soutien à la réalisation d’études diagnostiques (pour modifier ou développer un aliment dans le but d’en améliorer la qualité nutritive)
  2. Soutien au développement et à la modification de la valeur nutritive de produits transformés québécois (développement ou modification d’un aliment possédant une bonne valeur nutritive ou pour réduire l’utilisation d’additifs alimentaires)
  3. Soutien aux activités et aux projets structurants (réalisation d’activités collectives, de formation, de reconnaissance, d’enquêtes, d’information ou d’évaluation sur des aliments à bonne valeur nutritive)

L’aide financière peut aller jusqu’à 150 000 $ par entreprise selon le volet. Pour déposer une demande, consultez le Guide du demandeur sur le site web du MAPAQ.


4
octobre
2019

Mensuellement, je vous présente le prix du maïs et du soya pour vous donner deux informations :

  1. Quel est le prix que j’aurais pu obtenir si des contrats avec des acheteurs avaient été signés dans le dernier mois?
  2. Pour la prochaine récolte, quand aurait été le meilleur temps pour conclure un prix dans les 11 mois précédents?

Mon but est de vous donner une vision historique de l’évolution du prix des grains pour notre région, afin de vous aider dans la planification de votre mise en marché. Par contre, je ne ferai pas de prévisions ou d’analyse sur les prix actuels et à venir pour l’année en cours. Les sites PGQGrainwizet Bid-Agri, sont déjà spécialisés dans ce domaine.

Maïs

Le prix pour une vente immédiate est plus élevé que celui des deux dernières années, mais malheureusement, il n’y a pas de données pour des ventes dans les mois futurs. Le prix à la récolte est actuellement plus élevé que les années antérieures.

À Chicago, le contrat pour la récolte à venir a atteint un creux le 9 septembre dernier et présente une tendance haussière depuis ce temps.

MaisFuturSept

MaisRecolteSept

Soya

Il n’y a pas eu de ventes de soya dépassant le mois courant depuis trois ans et les prix sont relativement semblables. Le prix à la récolte a était inférieur aux autres années depuis mars, mais il est maintenant au même niveau.

À Chicago, le contrat pour la prochaine récolte a été dans une tendance neutre entre le 20 août et le 10 septembre. Il a connu une forte hausse la 12 et est maintenant relativement stable.

SoyaFuturSept

SoyaRecolteSept

Source pour les quatre tableaux ci-haut : PGQ, compilation SCF Mauricie inc.








L'up@ricie Web