23
septembre
2021

Je suis un habitué de nos marchés publics et nos kiosques à la ferme, et depuis 18 mois, je croise régulièrement de nouvelles personnes, de nouvelles familles. Je devine de nouveaux visages derrière ces masques.

L’achat local, on en rappelle l’importance depuis des années! Je me suis maintes fois servi de la tribune qu’on m’offrait pour vous en rappeler les raisons : une économie plus prospère, ainsi que des produits plus frais, plus écologiques, élevés ou cultivés selon des normes rigoureuses. C’est aussi célébrer le savoir-faire exceptionnel de nos artisans qui nous surprennent par leur diversité et leur ingéniosité.

Cette pandémie nous aura véritablement fait réaliser à quel point notre secteur bioalimentaire est essentiel. Je constate que vous faites de plus en plus d’efforts pour favoriser les produits de la région.

Mutuellement, citoyens et producteurs doivent pouvoir compter l’un sur l’autre pour le développement de notre agriculture. Je dis « notre » agriculture, parce qu’il s’agit d’une affaire qui nous appartient tous. Une fierté dont on commence à se réapproprier.

Justement, plusieurs graines de fierté ont été semées dans le passé, et on commence aujourd’hui à en récolter les fruits. Enfin! Vous êtes de plus en plus nombreux à redécouvrir notre région agroalimentaire. Notre identité, elle se construit aujourd’hui autour de nos forêts et des produits qu’on peut en extraire, de nos bières, de notre acériculture, de nos viandes de spécialités et de nombreux produits distinctifs. La campagne régionale Miam Mauricie est notamment porteuse du développement de cette identité.

Cet appui des Mauriciens, je le sens de plus en plus. Souvenons-nous, à l’été 2020, vous avez été fort nombreux à répondre à l’appel devant les besoins criants de main-d’œuvre dans les champs au plus fort de la pandémie.  Cette réponse, nous l’avons perçue comme un immense témoignage de votre part, démontrant que vous avez réellement à cœur notre agriculture.

La fierté, elle se construit également chez nos jeunes. L’école Louis-de-France, avec son projet AgrÉcoles, sème la graine de l’agriculture et de l’achat local chez des centaines d’élèves chaque année. Le modèle développé chez nous fonctionne tellement bien qu’on leur a demandé d’exporter le projet dans sept autres écoles au Québec!

Collectivement, nos fermes sont un des plus grands moteurs économiques de notre région. Et un berceau de talent immense. Ce que souhaitent le plus ces quelque 3 000 producteurs et transformateurs de la Mauricie, c’est de travailler à nourrir leur région. Soyons solidaires du travail qu’ils réalisent!

Je suis très optimiste pour le futur. Merci à vous, citoyens, qui mettez la Mauricie dans votre assiette. Merci à vous, producteurs et transformateurs, qui offrez des produits de qualité à notre monde. Merci à ceux qui mettent ces produits à l’honneur dans les restaurants et dans les étalages de nos commerces. Nous avons développé, tous ensemble, une complémentarité sans égal qui me rend fier, jour après jour.

À lire également:

Sundae made in USA! L’agriculture est mise à mal depuis fort longtemps, mais la signature du dernier accord commercial avec nos voisins du sud, c’est la cerise sur le sun...
Réforme du crédit de taxes foncières : une aberration! Notre très dévoué gouvernement du Québec en matière d’agriculture — et vous comprendrez ici mon ironie — a annoncé dernièrement le transfert de la...
Éditorial : Le Miam… le meilleur de la Mauricie! On l’attendait depuis longtemps et c’est maintenant chose faite : le Miam (le Meilleur de l’industrie agroalimentaire de la Mauricie) est maintenant l...







L'up@ricie Web