7
juin
2021

LSP_Aerien

Nous connaissons tous l’importance écologique de l’écosystème du lac Saint-Pierre. Depuis plusieurs années, des chercheurs s’activent pour comprendre la problématique et éventuellement, trouver des solutions et c’est d’autant plus vrai maintenant. En effet, une forte concentration de projets se déploie sur le terrain et ce texte a pour but faire la lumière sur « qui fait quoi ».

Quatre projets sont en cours actuellement et dans plusieurs des cas, les professionnels de recherche et autres conseillers, s’activent dans l’un ou dans l’autre. Ainsi, il est préférable de ne pas associer une personne à un projet, mais bien de distinguer le pourquoi des trois projets.

Le but ultime de tous ces acteurs est de s’assurer la pérennité de l’agriculture dans l’écosystème du lac Saint-Pierre et le rétablissement de la biodiversité.

En bref

  1. Pôle d’expertise, projet universitaire dans le littoral financé par le gouvernement du Québec et valide jusqu’en mars 2022. Recherche et essais chez des producteurs intéressés et volontaires.
  2. Confédération de l’UPA et fédérations régionales, projet d’essais et d’accompagnement dans le littoral et financé par le MAPAQ et son programme Prime-Vert. Valide jusqu’en janvier 2023. Essais et accompagnements chez des producteurs intéressés et volontaires
  3. Laboratoire vivant, projet conjoint entre AAC et l’UPA par bassins versants. Recherches et essaies financés par AAC et valide jusqu’en 2023. Travaux et essais chez des producteurs intéressés et volontaires. Pour la Mauricie, le bassin du Bois-Blanc est l’aire de recherche.
  4. Fondation de la Faune du Québec, projet pour des organismes privés ou publiques, mais dans des projets collectifs. Zone du littoral et ses bassins versants immédiats.

1.  Le Pôle d’expertise multidisciplinaire en gestion durable du littoral du lac Saint-Pierre.

Annoncé en 2018 par le gouvernement du Québec, le Pôle a pour mandat de proposer une stratégie d’intervention dans la zone littorale favorisant la mise en place d’une agriculture durable, adaptée et respectueuse de l’écosystème du lac Saint-Pierre. C’est une approche concertée entre trois ministères : MAPAQ, MFFP et MELCC. La réalisation des objectifs du Pôle a été confiée à trois universités soit l’Université du Québec à Trois-Rivières et les Universités Laval et McGill.

Aussi, trois axes de recherche sont mis en route : l’axe agriculture, l’axe environnement et faune et enfin, l’axe socio-économique. Pour en savoir davantage.

Les travaux de recherche se font chez des producteurs intéressés et sur une base volontaire.

Lieu des travaux : Littoral du lac Saint-Pierre

Financement : MELCC pour 4,66 millions

Échéance : 2018-2022


2. Projet de la Confédération de l’UPA et des quatre fédérations régionales couvrant le territoire du lac Saint-Pierre, Cohabitation agriculture-faune en zone littorale du lac Saint-Pierre

En parallèle aux travaux du Pôle d’expertise, le projet « Cohabitation agriculture-faune en zone littorale du lac Saint-Pierre » de l’UPA vise l’amélioration de l’agroécosystème pour l’ensemble des superficies cultivées du littoral du lac Saint-Pierre.

Tout au long de ce projet de quatre ans, des activités d’information, d’accompagnement et de mise en œuvre de pratiques innovantes seront proposées aux entreprises qui cultivent dans le littoral. Ce projet vise à augmenter l’application de pratiques agricoles reconnues pour leurs impacts positifs sur la faune, la qualité de l’eau et la santé et la conservation des sols. Il est possible par exemple pour un producteur de faire un diagnostic de son entreprise en faisant produire un cahier du propriétaire avec un conseiller agricole. Ce cahier permettra d’identifier les bonnes pratiques mises en place et les améliorations à apporter. Un financement est aussi disponible aux producteurs pour la réalisation des travaux. Pour en savoir davantage, cliquez ici.

Les essais et les accompagnements se font chez des producteurs intéressés et sur une base volontaire.

Lieu des travaux : Littoral du lac Saint-Pierre

Financement : MAPAQ, Volet 2 du Programme Prime-Vert

Échéance : 2019-2023


3.  Le projet conjoint d’Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) et de L’UPA, le Laboratoire vivant

L’Initiative des laboratoires vivants est une nouvelle approche de l’innovation au Canada qui réunit des agriculteurs, des scientifiques et d’autres partenaires afin d’élaborer conjointement et de mettre à l’essai des pratiques et des technologies novatrices pour résoudre les problèmes agroenvironnementaux. C’est un maillage entre chercheurs, producteurs et autres intervenants.

Présent dans 5 provinces au Canada, le volet québécois est réalisé conjointement par Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) et l’Union des producteurs agricoles sur le territoire de bassins versants. En Mauricie, la rivière Bois-Blanc, dans la MRC de Maskinongé, a été sélectionnée.

Depuis 2019, des ateliers ont été organisés avec les producteurs agricoles et les chercheurs d’AAC. Les thèmes suivants ont été abordés :

  • La couverture des sols (cultures de couverture, cultures pérennes);
  • La gestion des intrants et des sols;
  • Les bandes riveraines et les ouvrages hydroagricoles;
  • L’alimentation et la gestion des déjections animales.

De essais débuteront en 2021 chez différents producteurs. Les essaies se font chez des producteurs intéressés et sur une base volontaire. Ce lien vous explique davantage sur le sujet.

Lieu des travaux en Mauricie : Bassin versant de la rivière Bois-Blanc

Financement : Agriculture et Agroalimentaire Canada

Échéance : 2020-2023 (pour le Québec)


4. Activités de restauration des milieux naturels, Programme pour la conservation de la faune au lac Saint-Pierre

La Fondation de la Faune du Québec (FFQ) à mis sur pied ce programme afin à rétablir les fonctions écologiques de la zone littorale du lac Saint-Pierre et des tributaires qui s’y jettent en soutenant financièrement la restauration de milieux naturels, notamment par l’aménagement des rives en milieu agricole ainsi que des milieux humides en zone littorale.

Plus spécifiquement, le projet vise entre autres, l’aménagement et restauration de milieux humides, la reconnexion du réseau hydrographique afin de permettre la libre circulation du poisson et l’amélioration de la qualité des bandes riveraines.

Tout organisme public ou privé est admissible au soutien financier de la FFQ, mais doit être situé dans le littoral du lac Saint-Pierre ou dans un bassin versant ou un sous-bassin s’y déversant dans lequel une démarche collective de gestion intégrée est entamée.

Lieu des travaux en Mauricie : Ensemble de la zone littorale du lac Saint-Pierre et bassins versants de ses tributaires directs

Financement :

Échéance : 2017-2022

À lire également:

Un sondage pour mieux vous appuyer en phytoprotection Du 13 novembre au 8 décembre, un court sondage téléphonique sera mené auprès de plus de 3 200 producteurs, dans le cadre de la Stratégie phytosanitair...







L'up@ricie Web