30
août
2021

mauricie-fb-couverture-pages_2021

Les Mauriciens peuvent dès maintenant s’inscrire à la 7e édition du Défi 100 % local et ainsi se mettre au défi de s’approvisionner plus localement encore. L’événement se tiendra du 1er au 30 septembre prochain à travers les différentes régions de la province. Les personnes intéressées à participer doivent s’inscrire avant le 31 août sur le site Web de l’événement : defijemangelocal.ca.

Le Miam Mauricie participera également au défi en organisant des activités tout au long de septembre. Nous organiserons trois vidéos en direct sur Facebook Live et Instagram avec le sympathique. et charismatique chef Samy Benabed (de l’Auberge Saint-Mathieu-du-Lac). Ces capsules porteront sur trois thèmes :

  • Utiliser et cuisiner les vins et spiritueux de la Mauricie (15 septembre)
  • La cueillette et la mise en valeur des champignons forestiers (22 septembre)
  • La mise en conserve des fruits et légumes (29 septembre)

Ces capsules seront diffusées sur la page Facebook du Miam (êtes-vous abonné?) C’est un rendez-vous!


30
août
2021

elxn2021

Nous sommes officiellement en campagne électorale fédérale depuis le 15 août dernier! L’Union des producteurs agricoles entend mettre l’agriculture à l’avant-plan des discussions au cours des prochaines semaines dans une stratégie de communication ayant pour thème L’autonomie alimentaire, ça se cultive ensemble! Tout au long de cette campagne, l’UPA Mauricie restera neutre quant aux positions des candidats et des partis politiques. À vous de vous renseigner et de faire le choix le plus éclairé possible!

La stratégie de communication

La campagne électorale est d’une durée de cinq semaines (il en reste deux à l’heure où on se parle!), L’Union a donc ciblé cinq enjeux pour l’agriculture. La Fédération se fera la porte-parole régionale de ces sujets auprès du grand public et des candidats.

Les thèmes qui sont abordés :

À surveiller

Traditionnellement, l’UPA Mauricie organise une rencontre publique entre les candidats régionaux des principaux partis politiques et les producteurs agricoles. La courte durée de cette campagne, le contexte sanitaire actuelle, et la conjoncture de différents événements à venir (dont également les élections municipales et l’organisation du congrès régional) font en sorte qu’il est impossible de tenir un tel événement. Vous pouvez toutefois surveiller les rencontres virtuelles entre les membres du Conseil général et des chefs des partis. Suivez également L’Union des producteurs agricoles sur les médias sociaux (Facebook | Twitter | YouTube) pour connaître les activités à venir.

Voici les candidats des principaux partis en Mauricie connus en date de publication de cet article :

Trois-Rivières
Bloc québécois (BQ) : René Villemure
Nouveau Parti démocratique (NPD) : Adis Simidzija
Parti libéral du Canada (PLC) : Martin Francoeur
Parti conservateur du Canada (PCC) : Yves Lévesque

Berthier–Maskinongé
Bloc québécois (BQ) : Yves Perron
Nouveau Parti démocratique (NPD) : Ruth Ellen Brosseau
Parti libéral du Canada (PLC) : Alexandre Bellemare
Parti conservateur du Canada (PCC) : Léo Soulières

Saint-Maurice–Champlain
Bloc québécois (BQ) : Jacynthe Bruneau
Nouveau Parti démocratique (NPD) : Valérie Bergeron
Parti libéral du Canada (PLC) : François-Philippe Champagne
Parti conservateur du Canada (PCC) :  Jacques Bouchard

Pour plus d’informations

Vous pouvez joindre le Service des communications ( Jean-Sébastien Dubé | 819 378-4033 x295)  si vous avez des questions. N’hésitez pas à partager avec nous vos observations sur le terrain tout au long de cette campagne!


1
juillet
2021

LSP_Aerien

Nous connaissons tous l’importance écologique de l’écosystème du lac Saint-Pierre. Depuis plusieurs années, des chercheurs s’activent pour comprendre la problématique et éventuellement, trouver des solutions et c’est d’autant plus vrai maintenant. En effet, une forte concentration de projets se déploie sur le terrain et ce texte a pour but faire la lumière sur « qui fait quoi ».

Quatre projets sont en cours actuellement et dans plusieurs des cas, les professionnels de recherche et autres conseillers, s’activent dans l’un ou dans l’autre. Ainsi, il est préférable de ne pas associer une personne à un projet, mais bien de distinguer le pourquoi des trois projets.

Le but ultime de tous ces acteurs est de s’assurer la pérennité de l’agriculture dans l’écosystème du lac Saint-Pierre et le rétablissement de la biodiversité.

En bref

  1. Pôle d’expertise, projet universitaire dans le littoral financé par le gouvernement du Québec et valide jusqu’en mars 2022. Recherche et essais chez des producteurs intéressés et volontaires.
  2. Confédération de l’UPA et fédérations régionales, projet d’essais et d’accompagnement dans le littoral et financé par le MAPAQ et son programme Prime-Vert. Valide jusqu’en janvier 2023. Essais et accompagnements chez des producteurs intéressés et volontaires
  3. Laboratoire vivant, projet conjoint entre AAC et l’UPA par bassins versants. Recherches et essaies financés par AAC et valide jusqu’en 2023. Travaux et essais chez des producteurs intéressés et volontaires. Pour la Mauricie, le bassin du Bois-Blanc est l’aire de recherche.
  4. Fondation de la Faune du Québec, projet pour des organismes privés ou publiques, mais dans des projets collectifs. Zone du littoral et ses bassins versants immédiats.

1.  Le Pôle d’expertise multidisciplinaire en gestion durable du littoral du lac Saint-Pierre.

Annoncé en 2018 par le gouvernement du Québec, le Pôle a pour mandat de proposer une stratégie d’intervention dans la zone littorale favorisant la mise en place d’une agriculture durable, adaptée et respectueuse de l’écosystème du lac Saint-Pierre. C’est une approche concertée entre trois ministères : MAPAQ, MFFP et MELCC. La réalisation des objectifs du Pôle a été confiée à trois universités soit l’Université du Québec à Trois-Rivières et les Universités Laval et McGill.

Aussi, trois axes de recherche sont mis en route : l’axe agriculture, l’axe environnement et faune et enfin, l’axe socio-économique. Pour en savoir davantage.

Les travaux de recherche se font chez des producteurs intéressés et sur une base volontaire.

Lieu des travaux : Littoral du lac Saint-Pierre

Financement : MELCC pour 4,66 millions

Échéance : 2018-2022

Logos-VIA


2. Projet de la Confédération de l’UPA et des quatre fédérations régionales couvrant le territoire du lac Saint-Pierre, Cohabitation agriculture-faune en zone littorale du lac Saint-Pierre

En parallèle aux travaux du Pôle d’expertise, le projet « Cohabitation agriculture-faune en zone littorale du lac Saint-Pierre » de l’UPA vise l’amélioration de l’agroécosystème pour l’ensemble des superficies cultivées du littoral du lac Saint-Pierre.

Tout au long de ce projet de quatre ans, des activités d’information, d’accompagnement et de mise en œuvre de pratiques innovantes seront proposées aux entreprises qui cultivent dans le littoral. Ce projet vise à augmenter l’application de pratiques agricoles reconnues pour leurs impacts positifs sur la faune, la qualité de l’eau et la santé et la conservation des sols. Il est possible par exemple pour un producteur de faire un diagnostic de son entreprise en faisant produire un cahier du propriétaire avec un conseiller agricole. Ce cahier permettra d’identifier les bonnes pratiques mises en place et les améliorations à apporter. Un financement est aussi disponible aux producteurs pour la réalisation des travaux. Pour en savoir davantage, cliquez ici.

Les essais et les accompagnements se font chez des producteurs intéressés et sur une base volontaire.

Lieu des travaux : Littoral du lac Saint-Pierre

Financement : MAPAQ, Volet 2 du Programme Prime-Vert

Échéance : 2019-2023

upa


3.  Le projet conjoint d’Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) et de l’UPA, le Laboratoire vivant

L’Initiative des laboratoires vivants est une nouvelle approche de l’innovation au Canada qui réunit des agriculteurs, des scientifiques et d’autres partenaires afin d’élaborer conjointement et de mettre à l’essai des pratiques et des technologies novatrices pour résoudre les problèmes agroenvironnementaux. C’est un maillage entre chercheurs, producteurs et autres intervenants.

Présent dans 5 provinces au Canada, le volet québécois est réalisé conjointement par Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) et l’Union des producteurs agricoles sur le territoire de bassins versants. En Mauricie, la rivière Bois-Blanc, dans la MRC de Maskinongé, a été sélectionnée.

Depuis 2019, des ateliers ont été organisés avec les producteurs agricoles et les chercheurs d’AAC. Les thèmes suivants ont été abordés :

  • La couverture des sols (cultures de couverture, cultures pérennes);
  • La gestion des intrants et des sols;
  • Les bandes riveraines et les ouvrages hydroagricoles;
  • L’alimentation et la gestion des déjections animales.

De essais débuteront en 2021 chez différents producteurs. Les essaies se font chez des producteurs intéressés et sur une base volontaire. Ce lien vous explique davantage sur le sujet.

Lieu des travaux en Mauricie : Bassin versant de la rivière Bois-Blanc

Financement : Agriculture et Agroalimentaire Canada

Échéance : 2020-2023 (pour le Québec)

Logo-LV


4. Activités de restauration des milieux naturels, Programme pour la conservation de la faune au lac Saint-Pierre

La Fondation de la Faune du Québec (FFQ) à mis sur pied ce programme afin à rétablir les fonctions écologiques de la zone littorale du lac Saint-Pierre et des tributaires qui s’y jettent en soutenant financièrement la restauration de milieux naturels, notamment par l’aménagement des rives en milieu agricole ainsi que des milieux humides en zone littorale.

Plus spécifiquement, le projet vise entre autres, l’aménagement et restauration de milieux humides, la reconnexion du réseau hydrographique afin de permettre la libre circulation du poisson et l’amélioration de la qualité des bandes riveraines.

Tout organisme public ou privé est admissible au soutien financier de la FFQ, mais doit être situé dans le littoral du lac Saint-Pierre ou dans un bassin versant ou un sous-bassin s’y déversant dans lequel une démarche collective de gestion intégrée est entamée.

Lieu des travaux en Mauricie : Ensemble de la zone littorale du lac Saint-Pierre et bassins versants de ses tributaires directs

Financement :

Échéance : 2017-2022

Logo-FFQ


23
juin
2021

UPA_mangeonsLocal_communique_Mauricie

En vue de la belle saison, 16 personnalités publiques se sont jointes à l’Union des producteurs agricoles (UPA) pour convier les Québécoises et les Québécois à participer au mouvement Mangeons local plus que jamais! En Mauricie, c’est Rémi-Pierre Paquin qui invite la population à visiter les productrices et producteurs agricoles de la région grâce à l’application Mangeons local plus que jamais!

Le 30 juin dernier, il a visité quatre producteurs agricoles de différentes municipalités de la Mauricie : la Ferme Éthier (Saint-Étienne-des-Grès), Domaine & Vins Gélinas (Saint-Sévère), Ferme Apicole Mékinac (Hérouxville) ainsi que Laprodéo (Saint-Tite). Il a également pu découvrir les bières de la Ferme du Tarieu (Sainte-Anne-de-la-Pérade) durant cette tournée. Pendant ce périple de près de 200 km à travers la Mauricie, il a pu constater le savoir-faire exceptionnel des producteurs de la région.

Tournée Mangeons local plus que jamais! en Mauricie

Cet outil numérique, présenté par Desjardins, disponible dans l’App Store et sur Google Play, possède aussi sa version Web. Il permet de s’approvisionner en produits locaux, ou de planifier une virée gourmande à travers les magnifiques régions du territoire québécois.

Un dialogue entre citoyens et producteurs

Depuis près de 20 ans, l’événement des Portes ouvertes sur les fermes du Québec, un rendez-vous qui rassemble annuellement autour de 100 000 personnes, est un incontournable. Devant l’impossibilité de tenir une telle activité pendant la pandémie, l’UPA a choisi d’outiller les citoyens pour qu’ils puissent visiter les producteurs agricoles à l’année, que ce soit à la ferme, au marché public ou dans les entreprises de transformation.

« Plus que jamais, la population de la région croit important de favoriser l’agriculture local. Elle leur permet notamment de découvrir la diversité des produits d’ici, de s’approvisionner en aliments frais et de qualité, de diminuer leur empreinte environnementale grâce à des circuits courts et de contribuer au dynamisme de notre région. Les Mauriciens ont aujourd’hui le pouvoir de participer à un mouvement de solidarité qui soutient l’économie du Québec. »
- Jean-Marie Giguère, président, Fédération de l’UPA de la Mauricie

Le Miam partenaire du projet

Miam---RBG1L’identifiant agroalimentaire Miam – acronyme pour le Meilleur de l’industrie agroalimentaire de la Mauricie – profite de cette tournée médiatique afin de lancer les activités estivales de sa campagne. Sous le thème Partout autour de vous, savourez le meilleur de la Mauricie, cette stratégie vise à rappeler aux Mauriciens l’abondance des produits cultivés, élevés ou transformés dans la région, particulièrement en saison estivale.

Dans le contexte que l’on connaît, les québécois reconnaissent l’importance de favoriser l’agriculture locale et font des choix en conséquence. À ce titre, les partenaires associés au PDAAM (Plan de développement de l’agriculture et de l’agroalimentaire de la Mauricie) ont investi tout près de 200 000 $ pour la promotion de l’achat local dans les médias régionaux et sur le web pour les deux prochaines années.

« La Mauricie regorge de produits locaux originaux et de qualité. C’est avec fierté que j’invite les Mauriciennes et les Mauriciens à encourager nos producteurs. En mangeant et en achetant local, nous contribuons à enrichir notre économie et notre offre alimentaire, tout en développant une agriculture distinctive pour notre région. »
- Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, ministre responsable de la Mauricie et député de Trois-Rivières


22
juin
2021

Ce mardi 22 juin, le Sénat canadien a procédé à un vote historique pour régler une injustice fiscale trop longtemps tolérée au fédéral en adoptant le projet de loi C-208. Celui-ci accordera aux petites entreprises, aux familles d’agriculteurs et aux sociétés de pêche familiales le même taux d’imposition lors de la vente de leur exploitation à un membre de la famille que lors de la vente à un tiers.

« C’est un gain immense pour la relève agricole en Mauricie, mais aussi pour la région puisque chaque dollar qui restera à nos producteurs pendant le transfert est un dollar investi dans notre communauté! C’est une excellente nouvelle de savoir que les productrices et producteurs n’auront plus à choisir entre une retraite confortable ou leurs enfants.», a mentionné Jean-Félix Morin Nolet, président de la Relève agricole de la Mauricie.

Grâce à la mobilisation du milieu agricole, mais également par le secteur des affaires, qui n’ont cessé de faire des représentations auprès des décideurs publics, une fois la sanction royale obtenue, il sera possible pour les propriétaires d’entreprises agricoles de bénéficier des mêmes avantages fiscaux s’ils souhaitent vendre leur entreprise à un membre de leur famille qu’à une personne étrangère. Au-delà d’un équilibre fiscal, c’est un frein de moins à la relève familiale qui sera levé.

Avec le vieillissement de la population, la modification à la loi sur l’impôt et le revenu était également une demande des producteurs actuels puisque plusieurs entreprises passeront de main dans les prochaines années. « Nous sommes reconnaissants du travail réalisé par les parlementaires qui permettra de mettre fin à des décennies d’iniquité en matière de transfert intergénérationnel. Même si l’UPA revendique depuis de nombreuses années le droit pour les producteurs agricoles de transférer leur entreprise à leurs descendants sans qu’ils soient pénalisés, ce dossier a été trop longtemps négligé. Nous sommes toutefois heureux que nos appels aient finalement été entendus. », s’est exprimé Jean-Marie Giguère, président de la Fédération de l’UPA de la Mauricie.

C’est donc une mission accomplie pour les agricultrices et agriculteurs qui, rappelons-le, ont multiplié les actions conjointes de représentation pour que ce projet de loi soit adopté avant la fin de la session parlementaire. Les jeunes de la relève ont notamment rencontré les élus locaux, dont l’honorable François-Philippe Champagne, afin que le milieu soit enfin entendu. La dernière étape pour l’application de la loi, soit la Sanction royale, devrait avoir lieu au cours des prochaines semaines pour officialiser la fin de cette iniquité fiscale critiqué depuis plus de 30 ans!


17
juin
2021

Qui dit saison estivale, dit aussi le retour des enfants à la ferme! Les Agricultrices du Québec, en collaboration avec l’UPA et la CNESST, ont le plaisir d’inviter les productrices et les producteurs agricoles à participer à la conférence-discussion Sécurité des enfants à la ferme offerte à deux occasions : lundi 28 juin à 13 h et mercredi 30 juin à 19 h 30. Cet événement virtuel est gratuit, il suffit de vous y inscrire!

Cette formation a pour but de sensibiliser, et surtout, d’offrir une panoplie de conseils sur la sécurité faciles à mettre en application dans votre quotidien. Nous aurons la chance d’avoir trois spécialistes :

  • Dr Claude Cyr, pédiatre aux soins intensifs du CHU de Sherbrooke, dressera un portrait de la situation actuelle au Québec.
  • François Granger, conseiller-expert en prévention-inspection à la CNESST, présentera le tout nouveau guide sur la prévention des accidents des enfants à la ferme.
  • Martin Caron, premier vice-président et représentant à la table de concertation en santé psychologique et santé-sécurité au travail de l’UPA, expliquera les actions réalisées en termes de prévention.

Après chaque intervenant, il y aura des moments de discussions afin que les participants et participantes puissent poser leur question et échanger.

Pour tous les détails, visitez le www.agricultrices.com/evenement/.

Pour vous inscrire directement à l’une des représentations :








L'up@ricie Web