29
novembre
2021

Le CEA diversifie son offre de services auprès des producteurs et nos projets pourraient vous intéresser! Cette nouvelle approche s’inscrit dans la volonté d’offrir, sous un même toit, une offre de services globale pour ses clients. Le CEA aspire ainsi à devenir un chef de file en matière de gestion des ressources humaines dans le domaine agricole : le recrutement, la santé-sécurité, la prévention, la main-d’œuvre étrangère, les bonnes pratiques en GRH, etc.

Recrutement de main d’œuvre locale

Vous avez des besoins de main-d’œuvre? Le CEA demeure votre premier réflexe lorsque vous cherchez des employés sur votre ferme. Voici comment nous pouvons vous aider :

  • Affichage de poste stratégique;
  • Analyse des candidatures;
  • Entrevues téléphoniques;
  • Entrevues face à face;
  • Prise de référence au besoin;

Maggy, notre nouvelle technicienne aux ressources humaines, se fera un plaisir de vous servir. Contactez-nous le plus tôt possible afin d’enfin trouver un employé idéal!

AgriFrancisation

Ce programme, ayant vu le jour en 2019, vise à favoriser le maintien en emploi et la polyvalence de personnes parlant peu ou pas du tout le français. Il pourrait être intéressant pour vos employés qui souhaitent développer leur compétences en français. Il s’agit d’un programme d’accompagnement gratuit, adapté au monde agricole et personnalisé au milieu de travail. Les apprentissages portent notamment sur la communication orale et écrite, le développement des habiletés de calcul en français, le vocabulaire spécifique lié à l’emploi et la compréhension des tâches.

FermEmploi et AgriEmploi

Voilà une méthode bien différente de trouver un nouvel employé sur votre ferme! Le CEA se chargera de vous trouver l’employé qu’il vous faut, même s’il ne possède pas d’expérience ou de connaissance en agriculture. Ce dernier viendra découvrir son futur milieu d’emploi, en vous rencontrant directement à la ferme. Il s’en suivra un stage d’expérimentation afin de valider l’intérêt et les aptitudes du candidat. Si le tout est concluant, un stage en milieu de travail de 24 semaines débutera, par l’entremise du Programme d’apprentissage en milieu de travail (PAMT).

Les avantages :

  • Remboursement régressif du salaire du travailleur durant 24 semaines
  • Soutien gratuit pour le recrutement
  • Soutien gratuit pour la formation et l’intégration en emploi, hebdomadairement
  • Matériel pédagogique testé et facile d’utilisation

FermEmploi est offert pour la production laitière, porcine, serricole, avicole et opérateur de machinerie agricole. Le programme AgriEmploi vise les productions bovines, ovines, pomicole, apicole, acéricole, maraîchère, caprine et viticole.

Contactez dès maintenant votre Centre d’emploi agricole!

  • Stéphanie Vaugeois | 819-378-4033, poste 230 | svaugeois@upa.qc.ca
  • Maggy Charland | 819-378-4033, poste 255 | mcharland@upa.qc.ca
  • Mylène Bourgeois | 819-378-4033, poste 293 | mbourgeois@upa.qc.ca

29
novembre
2021

Qu’est ce que le crédit carbone?

Le crédit carbone est une méthode visant à compenser l’émission de gaz à effet de serre (GES) d’une activité précise par une autre action qui aura l’effet d’annuler l’impact environnemental.

Ainsi, un voyage en avion (ou en tracteur!) pourrait être compensé en plantant un nombre d’arbre équivalent nécessaire à la séquestration du carbone émis.

Ces GES doivent être calculés à partir d’une méthodologie reconnue en fonction du type de projet ou d’activité à compenser. Ainsi, les GES émis pour un voyage dans le Sud ne se comptent pas de la même manière pour l’utilisation d’une fosse à lisier. Tout cela dépend également du type de marché du carbone avec lequel on fera affaire. Sur le marché volontaire, c’est l’acheteur qui fixe les conditions alors que sur le marché réglementé, il faut suivre la procédure fixée par le règlement du MELCC. Pour le moment au Québec, il n’y a pas beaucoup d’informations disponibles pour l’agriculture.

Je vous invite à consulter le site du Programme Carbone Riverain. Cela vous donnera un aperçu de ce qui est prévu dans ce cas particulier.


17
novembre
2021

permisconduire

Vous attendez un travailleur étranger chez vous? Pourra-t-il conduire un véhicule routier lors de son passage au Québec? Voici ce que dit la loi…

De manière générale, un travailleur qui est de passage au Québec pourra conduire avec son permis de conduire étranger pendant 6 mois consécutifs si son permis est valide et l’autorise à conduire le type de véhicule routier qu’il utilise. Il aura le droit de conduire n’importe quel type de véhicule pourvu que son permis de conduire d’origine l’autorise et qu’il respecte ses conditions.

Toutefois, si son séjour dure plus de six mois au Québec, le travailleur doit avoir un permis de conduire international valide afin de pouvoir circuler sur les routes du Québec. Il faudra toujours posséder avec lui ses deux attestations: son permis de conduire étranger et son permis international. Il pourra conduire au Québec aussi longtemps que son permis international sera valide.

Si le permis d’origine n’est rédigé ni en français, ni en anglais, il est recommandé de se procurer un permis international avant de venir au Québec, peu importe la durée du séjour.

Le permis de conduire international peut être délivré uniquement dans le pays où il a obtenu son permis et sa validité est d’un à trois ans. Le travailleur devra en faire la demande avant son départ pour le Québec.

Si le travailleur s’établie au Québec…

Si son permis d’origine l’autorise, il aura le droit de conduire une automobile, une moto ou un cyclomoteur, et cela, pendant un maximum de 6 mois consécutifs. Après quoi, il devra avoir un permis du Québec. Il pourra le demander dès votre arrivée. La procédure pour l’obtenir varie selon le pays qui lui a délivré son permis.


3
novembre
2021

Situé entre l’autoroute 40, le chemin Caron et le chemin des Communes à Louiseville, ce secteur en zone inondable 0-2 ans est unique dans notre région. En effet, cette section de 180 hectares du littoral du lac Saint-Pierre fut l’objet, dans les années 80, d’un remodelage de deux ruisseaux afin de drainer ces terres. Il en résulte un cours d’eau artificiel qui longe l’autoroute 40, mais qui ne peut s’évacuer seul vers le lac. Un système de pompage fut alors érigé et opéré par le MAPAQ jusqu’en 1991, puis transféré à la ville de Louiseville jusqu’à aujourd’hui. Ce système, imparfait, entraîne des coûts d’entretien et d’opération non négligeable ainsi qu’une limitation importante au passage du poisson.

À l’automne 2020, la Ville de Louiseville a signifié son intention de se retirer du dossier. Dans la foulée de cette urgence, une entente provisoire fut alors discutée entre la Fédération de l’UPA, les producteurs concernés, la Ville de Louiseville et le MAPAQ afin de trouver une solution temporaire et satisfaisante entre les parties. Parallèlement, le MAPAQ s’est engagé à travailler sur une solution pérenne, autre que le système de pompage.

Une nouvelle entente est donc survenue en octobre dernier, et sous peu entérinée par le conseil de Ville. Elle stipule, entre autres, que la facture d’opération et d’entretien du système de pompage, sera dorénavant séparée à part égale entre les producteurs concernés et la Ville de Louiseville. Cette entente est valide jusqu’au 31 décembre 2025 et souhaitons qu’une solution finale soit mise en place afin de préserver ces terres productives du littoral du lac Saint-Pierre.

Pour plus d’informations à ce sujet, vous pouvez communiquer avec Stéphane Tremblay au 819 378-4033.


3
novembre
2021

Le congrès régional de la Fédération de l’UPA de la Mauricie s’est tenu le mercredi 27 octobre à 19h30 sous forme virtuelle. L’événement a attiré 38 participants,  dont 30 délégués.

Monsieur Martin Caron, 1ier vice-président de l’Union, agissait comme représentant de la Confédération. Dans son allocution, il a abordé la récupération des plastiques agricoles, les producteurs forestiers, le RQAP et le congé parental, la protection du territoire agricole, la sécurité du revenu, les travailleurs étrangers temporaires, l’environnement (pesticide), le financement par tous et les milieux humides et hydriques. Il a également félicité l’équipe de la fédération pour le travail accompli dans le dossier du lac Saint-Pierre, la Relève agricole de la Mauricie pour le tournage de leurs vidéos et monsieur Yves Lamy pour la diffusion de sa vidéo portant sur la sécurité routière.

Quatre résolutions ont été adoptées. Elles portaient sur le financement par tous, le service d’inspection des viandes dans les abattoirs, la sécurité routière et l’utilisation des pesticides.


25
octobre
2021

L’accès aux marchés, la concurrence et les attentes sociétales, notamment en matière de bien-être animal, incitent les productrices et les producteurs de porcs à moderniser leur ferme. Les Éleveurs doivent investir pour demeurer compétitifs, tout en pratiquant une régie d’élevage qui respecte leur milieu afin d’assurer un développement harmonieux et durable de la production porcine au Québec.

Contactez votre syndicat régional
Nous vous invitons à contacter Les Éleveurs de porcs de la Mauricie si vous avez un projet de construction ou de rénovation. Le syndicat pourra vous renseigner sur les ressources et sur les outils d’information disponible pour vous aider dans votre planification d’implantation du projet. Les Éleveurs de porcs ont notamment produit une fiche à ce sujet, la fiche Bon projet, ainsi que d’autres outils qu’on trouve sur le site Accesporc.








L'up@ricie Web