31
août
2021

La Fédération de l’UPA Mauricie tient à vous rappeler l’importance d’une bonne disposition des animaux morts à la ferme. Il est de votre responsabilité de veiller à éliminer les animaux morts en conformité avec la réglementation et en évitant de rendre visibles les carcasses aux yeux de tout un chacun. Une gestion des animaux morts inadéquate présente un risque en matière de cohabitation, de biosécurité et d’environnement en plus de nuire à l’image du secteur agricole. L’adoption de bonnes pratiques par tout un chacun évitera la mise en place de légifération encore plus restrictive.

Il est important d’éviter la présence carcasse au sol et de s’assurer qu’elles ne dépassent pas des bacs de récupération. La vue d’animaux morts pour le grand public, qui parfois connaissent mal la réalité agricole, peut engendrer des plaintes, nuire à l’image et aux activités agricoles et alimenter l’argumentaire du discours des activistes.

Plusieurs options s’offrent à vous pour améliorer la gestion de vos animaux morts à la ferme, voici une liste de suggestions publiées par les Éleveurs de porcs du Québec :

  • Accroître le nombre de visites de l’équarrisseur pour récupérer les carcasses;
  • Avoir plus d’un bac de récupération;
  • Avoir un bac réfrigéré, un cabanon réfrigéré pour ranger un ou des bacs ou un congélateur pour conserver les carcasses avant le passage de l’équarrisseur;
  • Éviter que les bacs soient visibles (haies d’arbres, murets, écran, etc. – voir photos ci-dessous);
  • Munir les bacs de récupération d’un couvercle se refermant complètement;
  • Posséder un composteur mécanique.

epm

L’élimination des animaux morts est encadrée par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ), vous pouvez consulter la réglementation ici. Les Éleveurs de porcs du Québec rendent aussi disponible de l’information sur le compostage des animaux morts, pour plus de détails, cliquez ici.

Pour les producteurs rencontrant une problématique particulière avec la récupération de leurs animaux morts, communiquer avec :
Josée Tardif, conseillère aux syndicats spécialisés
819-378-4033 poste 249  |  jtardif@mauricie.upa.qc.ca


31
août
2021

Les cultures de couvertures prennent de l’ampleur au Québec et pour cause. Il y a des avantages précieux à instaurer cette pratique au champ. Mais qu’est-ce qu’une culture de couverture ? C’est une plante, ou un mélange de plantes semées après ou pendant une culture principale. Après, nous l’appellerons à la dérobé et pendant, en intercalaire. Alors pourquoi une telle pratique ?

Les cultures de couverture ont pour but de d’améliorer la santé du sol entre autres en :

  • Fixant l’azote atmosphérique;
  • Favorisant l’activité microbienne;
  • Éviter l’érosion par le vent et les précipitations;
  • Augmentation des rendements;
  • Limite les mauvaises herbes;
  • Procure un revenu non négligeable (blé ou seigle d’automne).

Cette pratique largement répandue en Europe et chez nos voisins du sud reste encore à se développer chez nous, mais la tendance est à la hausse. En effet, des initiatives voient le jour dans la province et plus particulièrement dans notre région. Je vous invite à vous joindre au groupe Facebook Cultures de couverture pour en apprendre davantage et visiter le site du MAPAQ pour connaître les programmes de financement possible.

Lançons-nous un défi : en Mauricie en hiver, on se couvre!


30
août
2021

Vous prévoyez engager des travailleurs étrangers temporaires ou avoir des retours de vos travailleurs en 2022? Ne tardez pas! Nous traitons déjà les demandes d’EIMT d’arrivées directes prévues entre février et avril 2022.

Envoyez-nous dès aujourd’hui les listes des noms des travailleurs en fonction des dates d’arrivée prévues par courriel à Mylène Bourgeois.

Rappel des délais normaux pour les demandes de TET

  • 6 semaines pour la préparation du dossier et les affichages
  • 8 semaines pour l’analyse de la demande d’EIMT par les gouvernements
  • 12 semaines pour la demande de permis de travail et la préparation du travailleur

C’est pourquoi il faut toujours planifier les demandes 6 mois à l’avance. Le contraire peut retarder l’arrivée de vos travailleurs étrangers temporaires.

Prévoyez les demandes d’inspections de logement

Votre dernière inspection de logement date de plus de 8 mois et vous souhaitez déposer une demande d’EIMT bientôt? Votre inspection est à refaire. Il est maintenant possible de faire une demande de rendez-vous à l’avance sur la plate-forme AMIGO. Comme vous le savez, c’est souvent ce qui retarde le plus votre demande. En 2 clics, vous n’oubliez pas et votre dossier ne prendra pas de retard!
Je veux prendre un rendez-vous sur la plate-forme AMIGO

Vous avez des questions ? Contactez votre Centre d’emploi agricole 819-378-4033 ou par courriel à Stéphanie Vaugeois.


30
août
2021

mauricie-fb-couverture-pages_2021

Les Mauriciens peuvent dès maintenant s’inscrire à la 7e édition du Défi 100 % local et ainsi se mettre au défi de s’approvisionner plus localement encore. L’événement se tiendra du 1er au 30 septembre prochain à travers les différentes régions de la province. Les personnes intéressées à participer doivent s’inscrire avant le 31 août sur le site Web de l’événement : defijemangelocal.ca.

Le Miam Mauricie participera également au défi en organisant des activités tout au long de septembre. Nous organiserons trois vidéos en direct sur Facebook Live et Instagram avec le sympathique. et charismatique chef Samy Benabed (de l’Auberge Saint-Mathieu-du-Lac). Ces capsules porteront sur trois thèmes :

  • Utiliser et cuisiner les vins et spiritueux de la Mauricie (15 septembre)
  • La cueillette et la mise en valeur des champignons forestiers (22 septembre)
  • La mise en conserve des fruits et légumes (29 septembre)

Ces capsules seront diffusées sur la page Facebook du Miam (êtes-vous abonné?) C’est un rendez-vous!


30
août
2021

elxn2021

Nous sommes officiellement en campagne électorale fédérale depuis le 15 août dernier! L’Union des producteurs agricoles entend mettre l’agriculture à l’avant-plan des discussions au cours des prochaines semaines dans une stratégie de communication ayant pour thème L’autonomie alimentaire, ça se cultive ensemble! Tout au long de cette campagne, l’UPA Mauricie restera neutre quant aux positions des candidats et des partis politiques. À vous de vous renseigner et de faire le choix le plus éclairé possible!

La stratégie de communication

La campagne électorale est d’une durée de cinq semaines (il en reste deux à l’heure où on se parle!), L’Union a donc ciblé cinq enjeux pour l’agriculture. La Fédération se fera la porte-parole régionale de ces sujets auprès du grand public et des candidats.

Les thèmes qui sont abordés :

À surveiller

Traditionnellement, l’UPA Mauricie organise une rencontre publique entre les candidats régionaux des principaux partis politiques et les producteurs agricoles. La courte durée de cette campagne, le contexte sanitaire actuelle, et la conjoncture de différents événements à venir (dont également les élections municipales et l’organisation du congrès régional) font en sorte qu’il est impossible de tenir un tel événement. Vous pouvez toutefois surveiller les rencontres virtuelles entre les membres du Conseil général et des chefs des partis. Suivez également L’Union des producteurs agricoles sur les médias sociaux (Facebook | Twitter | YouTube) pour connaître les activités à venir.

Voici les candidats des principaux partis en Mauricie connus en date de publication de cet article :

Trois-Rivières
Bloc québécois (BQ) : René Villemure
Nouveau Parti démocratique (NPD) : Adis Simidzija
Parti libéral du Canada (PLC) : Martin Francoeur
Parti conservateur du Canada (PCC) : Yves Lévesque

Berthier–Maskinongé
Bloc québécois (BQ) : Yves Perron
Nouveau Parti démocratique (NPD) : Ruth Ellen Brosseau
Parti libéral du Canada (PLC) : Alexandre Bellemare
Parti conservateur du Canada (PCC) : Léo Soulières

Saint-Maurice–Champlain
Bloc québécois (BQ) : Jacynthe Bruneau
Nouveau Parti démocratique (NPD) : Valérie Bergeron
Parti libéral du Canada (PLC) : François-Philippe Champagne
Parti conservateur du Canada (PCC) :  Jacques Bouchard

Pour plus d’informations

Vous pouvez joindre le Service des communications ( Jean-Sébastien Dubé | 819 378-4033 x295)  si vous avez des questions. N’hésitez pas à partager avec nous vos observations sur le terrain tout au long de cette campagne!


1
juillet
2021

LSP_Aerien

Nous connaissons tous l’importance écologique de l’écosystème du lac Saint-Pierre. Depuis plusieurs années, des chercheurs s’activent pour comprendre la problématique et éventuellement, trouver des solutions et c’est d’autant plus vrai maintenant. En effet, une forte concentration de projets se déploie sur le terrain et ce texte a pour but faire la lumière sur « qui fait quoi ».

Quatre projets sont en cours actuellement et dans plusieurs des cas, les professionnels de recherche et autres conseillers, s’activent dans l’un ou dans l’autre. Ainsi, il est préférable de ne pas associer une personne à un projet, mais bien de distinguer le pourquoi des trois projets.

Le but ultime de tous ces acteurs est de s’assurer la pérennité de l’agriculture dans l’écosystème du lac Saint-Pierre et le rétablissement de la biodiversité.

En bref

  1. Pôle d’expertise, projet universitaire dans le littoral financé par le gouvernement du Québec et valide jusqu’en mars 2022. Recherche et essais chez des producteurs intéressés et volontaires.
  2. Confédération de l’UPA et fédérations régionales, projet d’essais et d’accompagnement dans le littoral et financé par le MAPAQ et son programme Prime-Vert. Valide jusqu’en janvier 2023. Essais et accompagnements chez des producteurs intéressés et volontaires
  3. Laboratoire vivant, projet conjoint entre AAC et l’UPA par bassins versants. Recherches et essaies financés par AAC et valide jusqu’en 2023. Travaux et essais chez des producteurs intéressés et volontaires. Pour la Mauricie, le bassin du Bois-Blanc est l’aire de recherche.
  4. Fondation de la Faune du Québec, projet pour des organismes privés ou publiques, mais dans des projets collectifs. Zone du littoral et ses bassins versants immédiats.

1.  Le Pôle d’expertise multidisciplinaire en gestion durable du littoral du lac Saint-Pierre.

Annoncé en 2018 par le gouvernement du Québec, le Pôle a pour mandat de proposer une stratégie d’intervention dans la zone littorale favorisant la mise en place d’une agriculture durable, adaptée et respectueuse de l’écosystème du lac Saint-Pierre. C’est une approche concertée entre trois ministères : MAPAQ, MFFP et MELCC. La réalisation des objectifs du Pôle a été confiée à trois universités soit l’Université du Québec à Trois-Rivières et les Universités Laval et McGill.

Aussi, trois axes de recherche sont mis en route : l’axe agriculture, l’axe environnement et faune et enfin, l’axe socio-économique. Pour en savoir davantage.

Les travaux de recherche se font chez des producteurs intéressés et sur une base volontaire.

Lieu des travaux : Littoral du lac Saint-Pierre

Financement : MELCC pour 4,66 millions

Échéance : 2018-2022

Logos-VIA


2. Projet de la Confédération de l’UPA et des quatre fédérations régionales couvrant le territoire du lac Saint-Pierre, Cohabitation agriculture-faune en zone littorale du lac Saint-Pierre

En parallèle aux travaux du Pôle d’expertise, le projet « Cohabitation agriculture-faune en zone littorale du lac Saint-Pierre » de l’UPA vise l’amélioration de l’agroécosystème pour l’ensemble des superficies cultivées du littoral du lac Saint-Pierre.

Tout au long de ce projet de quatre ans, des activités d’information, d’accompagnement et de mise en œuvre de pratiques innovantes seront proposées aux entreprises qui cultivent dans le littoral. Ce projet vise à augmenter l’application de pratiques agricoles reconnues pour leurs impacts positifs sur la faune, la qualité de l’eau et la santé et la conservation des sols. Il est possible par exemple pour un producteur de faire un diagnostic de son entreprise en faisant produire un cahier du propriétaire avec un conseiller agricole. Ce cahier permettra d’identifier les bonnes pratiques mises en place et les améliorations à apporter. Un financement est aussi disponible aux producteurs pour la réalisation des travaux. Pour en savoir davantage, cliquez ici.

Les essais et les accompagnements se font chez des producteurs intéressés et sur une base volontaire.

Lieu des travaux : Littoral du lac Saint-Pierre

Financement : MAPAQ, Volet 2 du Programme Prime-Vert

Échéance : 2019-2023

upa


3.  Le projet conjoint d’Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) et de l’UPA, le Laboratoire vivant

L’Initiative des laboratoires vivants est une nouvelle approche de l’innovation au Canada qui réunit des agriculteurs, des scientifiques et d’autres partenaires afin d’élaborer conjointement et de mettre à l’essai des pratiques et des technologies novatrices pour résoudre les problèmes agroenvironnementaux. C’est un maillage entre chercheurs, producteurs et autres intervenants.

Présent dans 5 provinces au Canada, le volet québécois est réalisé conjointement par Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) et l’Union des producteurs agricoles sur le territoire de bassins versants. En Mauricie, la rivière Bois-Blanc, dans la MRC de Maskinongé, a été sélectionnée.

Depuis 2019, des ateliers ont été organisés avec les producteurs agricoles et les chercheurs d’AAC. Les thèmes suivants ont été abordés :

  • La couverture des sols (cultures de couverture, cultures pérennes);
  • La gestion des intrants et des sols;
  • Les bandes riveraines et les ouvrages hydroagricoles;
  • L’alimentation et la gestion des déjections animales.

De essais débuteront en 2021 chez différents producteurs. Les essaies se font chez des producteurs intéressés et sur une base volontaire. Ce lien vous explique davantage sur le sujet.

Lieu des travaux en Mauricie : Bassin versant de la rivière Bois-Blanc

Financement : Agriculture et Agroalimentaire Canada

Échéance : 2020-2023 (pour le Québec)

Logo-LV


4. Activités de restauration des milieux naturels, Programme pour la conservation de la faune au lac Saint-Pierre

La Fondation de la Faune du Québec (FFQ) à mis sur pied ce programme afin à rétablir les fonctions écologiques de la zone littorale du lac Saint-Pierre et des tributaires qui s’y jettent en soutenant financièrement la restauration de milieux naturels, notamment par l’aménagement des rives en milieu agricole ainsi que des milieux humides en zone littorale.

Plus spécifiquement, le projet vise entre autres, l’aménagement et restauration de milieux humides, la reconnexion du réseau hydrographique afin de permettre la libre circulation du poisson et l’amélioration de la qualité des bandes riveraines.

Tout organisme public ou privé est admissible au soutien financier de la FFQ, mais doit être situé dans le littoral du lac Saint-Pierre ou dans un bassin versant ou un sous-bassin s’y déversant dans lequel une démarche collective de gestion intégrée est entamée.

Lieu des travaux en Mauricie : Ensemble de la zone littorale du lac Saint-Pierre et bassins versants de ses tributaires directs

Financement :

Échéance : 2017-2022

Logo-FFQ








L'up@ricie Web